skip to Main Content

«Jineteras», la chair triste de Cuba

Tati, « la fabulosa », s’est consacrée à la prostitution depuis son enfance et est morte à 19 ans des suites des blessures d’une bagarre de rue. L’auteur Amir Valle se rappelle d’elle comme d’une belle et jeune fille, entourée d’ une auréole d’innocence qui se brisait dès qu’elle ouvrait la bouche pour parler. Elle lui a compté sa vie dans un langage tellement grossier que le journaliste a dû consacrer plusieurs heures à le retranscrire.

Les témoignages de Tati et d’autres prostituées cubaines apparaissent dans « Jineteras », le résultat de neuf années d’immersion d’Amir Valle dans le côté occulte de la société cubaine.

Bien qu’il vienne d’être publié par la maison d’édition espagnole « Planeta », le texte s’était déjà converti en un best-seller clandestin à l’intérieur et hors de Cuba. Il y a six ans, Valle a présenté une version initiale de son essai au concours littéraire Casas de las Americas– où il a bien entendu été ignoré — mais quelqu’un l’a récupéré, scanné et l’a mis en circulation sur l’Internet sans sa permission.

Dans « Jineteras » on écoute les voix de personnes de tous les niveaux de la société cubaine insérées dans le vaste réseau du jineterisme, certaines identifiées par leurs noms. Elles exposent sans tabou les mécanismes de survie et d’exploitation dans le vaste secteur marginal, minoré ou ignoré par le gouvernement cubain.

Valle, âgé de 39 ans, croit au contraire que la prostitution a été étendue de manière alarmante, et calcule que quelques 20.000 prostituées exercent de manière régulière ou sporadique à Cuba. Le journaliste réside à Cuba et a récemment répondu au questions d’un journaliste du Nuevo Herald depuis Berlin, où il est actuellement grâce à une bourse littéraire.

A quoi peut-on attribuer le fait que la jinetera soit devenu un symbole de réussite à Cuba ?

Je crois qu’un changement dans la conscience sociale s’est produit à Cuba . Avant la Révolution, les figures les plus détestées étaient la pute et le mouchard (chivato). Aujourd’hui, pour beaucoup de familles cubaines ce n’est pas un traumatisme qu’une fille soit jinetera. J’ai même été avec des familles qui font des blagues sur un futur ainsi pour leurs petites filles.

Depuis 20 années être un professionnel diplômé à Cuba ne signifie plus rien : les marginaux atteignent de meilleurs niveaux de vie que les universitaires. Les prostituées et les vendeurs clandestins de rhum et de tabac se sont transformés en symboles de succès.

Bien que pendant des décennies on ait éduqué les gens dans la croyance que les stimulants moraux étaient plus importants que les stimulants matériels, cela n’a servi a rien dans la mesure où les Cubains ont commencé à entrer en contact avec les modèles de vie étrangers : d’abord avec les voyages de la Communauté [exilés cubains aux Etats-Unis], à partir de 1979, et ensuite avec le tourisme. Les gens ont commencé à remettre en question les choses imposées, parce qu’ils ont commencé à avoir des points de comparaisons.

Ma thèse est que la prostitution n’a jamais disparu complètement de Cuba : ce qui s’est produit durant les années 90 a été une manifestation d’un mal social devant la pauvreté étendue à toutes les couches de la population. Dans une société emmenée presque à l’extermination, toute forme de survie est acceptable. Ce qui arrive à Cuba démontre que nous ne vivons pas dans une société différente des autres.

Dans les sphères officielles il y a un certain triomphalisme à cause du supposé contrôle qui a été obtenu sur la prostitution. Partages tu cette opinion ?

Ce qui s’est passé est qu’à la suite de la répression qui a commencé en 1997, le phénomène s’est complexifié. Si avant les jineteras étaient visibles, dans les secteurs des hôtels et dans les zones touristiques, maintenant elles opèrent subrepticement depuis les quartiers populaires, avec la complicité des voisins, qui prennent part souvent d’une certaine manière à l’affaire.

Je crois que la société cubaine est passée par différentes étapes depuis qu’on a découvert le jineterisme. En 1996, on n’avait pas conscience de l’ampleur du phénomène. J’ai l’impression que les autorités l’ont minoré et qu’ensuite le contrôle leur a complètement échappé.

Beaucoup des jineteras interviewées dans « Jineteras » sont mineures. Jusqu’à quel point est étendue la prostitution infantile à Cuba ?

La majorité des jineteras sont mineures, et la majorité des garçons (qui offrent des services sexuels aux touristes] n’ont pas non plus l’age de 16 ans, qui est l’age de la majorité à Cuba.

…/…

J’ai été mis au courant de cas très alarmants de pédophilie avec des enfants handicapés mentaux entre 1995 et 1997, qui sont arrivés à être divulgués dans la presse officielle. J’ai compilé beaucoup d’information sur ceci, mais c’est un sujet très sensible. J’ai décidé de ne pas citer les noms de parents des victimes et j’ai finalement traité le sujet sur le terrain de la fiction dans mon roman « les portes de la nuit » (2001).

…/…

Je ne crois pas que les mesures répressives qui ont été adoptées — comme arrêter les jineteras et les envoyer dans des exploitations agricoles de rééducation — vont résoudre le problème.

Extrait

Témoignage de Myrna, avocate et ex militante du Parti Communiste de Cuba, sur son expérience comme prisonnière dans une exploitation agricole de rééducation.

Il y a de tout dans ce monde : des pauvres filles qui sont entraîné par des souteneurs ; des peureuses qui ne peuvent pas affronter leur peur et qui cèdent aux pressions, même de leurs maris, pour qu’elle se prostituent. Il y a celles qui le font par plaisir sexuel pur ; celles qui ont parié sur le jineterisme pour sortir du pays, et beaucoup d’autres innocentes qui, comme moi, payaient une addition qu’elles n’aurait jamais pu imaginer.

Je ne me rappelle pas combien de fois j’ai dû ouvrir les jambes pour que [un des gardes] se vide dans moi. Ils nous alternaient. Ils avaient choisi les plus jolies et ils alternaient. Une par jour. Avec la menace que leur influence pourrait faire que nous pourrissions ici à jamais

[Il y avait aussi] des jeunes filles qui ne supportaient pas et se suicidaient, comme Claire, une camagüeyana de 21 années, qui s’est pendue à un arbre avec un fil de fer qu’elle avait elle même pris sur une clôture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top