Fidel Castro et Hugo Chavez sont-ils de gauche ?

L’Amérique latine a changé de cap, dit-on. En fait, les Chávez et autres Morales ne sont pas de gauche.
A eux tous, ces pays comptabilisent plus des trois quarts de la population et de la richesse de la région. En ce sens, on pourrait dire que l’Amérique latine vire majoritairement à gauche. Mais cette affirmation est exagérée et superficielle. Ce qu’on voit se former n’est ni un nouveau bloc ni une entité de gauche au sens traditionnel du terme. Aucune des différentes gauches latino-américaines ne ressemble à celle du Cuba de Fidel Castro.

Mais elles ne ressemblent pas non plus à celles de Salvador Allende [socialiste élu président du Chili le 4 novembre 1970, renversé par le coup d’Etat militaire du 11 septembre 1973] ou du premier gouvernement de Daniel Ortega [sandiniste, président du Nicaragua de 1985 à 1990]. L’effervescence politique que l’on observe dans la région correspond à un rejet calme et partiel de l’ordre établi par le “consensus de Washington” dans les années 1980 et 1990.

Cet ordre – ou plutôt ce système – résulte de l’intégration de l’Amérique latine dans le processus de la mondialisation ; une mondialisation qui, certes, a créé beaucoup de richesses (quoique mal réparties) dans la région, mais qui a aussi engendré un fort mécontentement parmi les majorités populaires.

Les mesures prescrites par le consensus de Washington ont laissé des traces : ouverture commerciale et financière des pays, acquisitions massives de banques et d’entreprises de services et d’énergie par des acheteurs étrangers. Ces acquisitions ont eu pour conséquence une augmentation considérable de la présence des multinationales dans la région. Cependant, la réaction de la population ne traduit pas une volonté d’implanter le socialisme – ni dans sa version plus dure, le communisme, ni sous sa forme plus douce, la social-démocratie.

Les gens acceptent l’économie de marché avec la même neutralité – ou la même résignation – que celle qu’ils affichent face à la démocratie parlementaire. L’agitation politique du moment ressemble plus à une lutte, quelque peu spontanée et désorganisée, pour une meilleure répartition des avantages de la mondialisation, un désir qu’exprime la devise : “Une autre mondialisation est possible”.

Agir dans le cadre de la démocratie parlementaire

Dire que des mouvements populaires comme ceux des sans-terre, des producteurs de coca ou d’ethnies longuement ignorées, dirigés par des caudillos qui se croient élus non pas par les citoyens mais par la Providence, dépourvus de toute conception d’ensemble cohérente de la société qu’ils veulent créer, dire que de tels mouvements sont “de gauche” revient à dire que le soulèvement de Spartacus [révolte des esclaves contre l’Empire romain, 71-73 av. J.-C.], la révolte des paysans allemands à l’époque de Luther ou encore la révolte des Sioux étaient “de gauche”. Etre de gauche ne signifie pas monter les pauvres contre les riches et les impuissants contre les puissants, pas plus que cela ne signifie semer la haine et le désordre dans la société.

En politique, être de gauche repose sur le respect de la dignité humaine, sur une conception de l’Etat solidaire, et sur la priorité accordée par les dirigeants à l’égalité de tous devant la loi et à la juste répartition des biens et valeurs créés par le travail et le capital. Et même si, dans la pratique, la défense de ces principes implique la limitation des privilèges des riches et des puissants, la gauche moderne doit agir dans le cadre de la démocratie parlementaire, c’est-à-dire en respectant les autres partis politiques qui lui disputent le pouvoir et en condamnant avantages, manœuvres politiques et abus.

Par définition, les caudillos ne sont pas de gauche. La gauche latino-américaine a appris pendant la “décennie perdue” des années 1980 que la stabilité économique, sans inflation galopante, assortie d’une monnaie crédible au niveau international, d’un équilibre budgétaire raisonnable et d’un environnement favorable aux échanges commerciaux est une condition sine qua non d

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.