Les gardes-côtes américains ont intercepté 1498 immigrants qui tentaient de fuir Cuba en 2004

Depuis la crise des balseros en 1994, quand les gardes cotes ont intercepté plus de 37.000 Cubains pour les interner dans les campements de réfugiés de Guantánamo, on n’avait pas enregistré un chiffre aussi important que celui de 2004.

Le nombre de Cubains qui ont réussi à fuir avec des bateaux artisanaux ou des vedettes rapides de contrebandiers, et à fouler le territoire américain a continué sa tendance décroissante de l’année passée : 955 en 2004, en comparaison avec les 1.072 de 2003.

Le rempart créée contre les flux migrateurs illégaux en provenance de Cuba a été consolidé avec les mesures de sécurité mises en oeuvre après les attentats terroristes du 11 septembre 2001. La Floride est en effet le second Etat américain avec la plus grande étendue de frontière côtiere (1.800 milles) après Alaska.

L’efficacité des mesures de sécurité américaine a aussi encouragé les immigrants potentiels à chercher des itinéraires alternatifs, en se dirigeant vers l’Amérique Centrale.

Ce  »canal du sud  » est fréquenté par des Cubains qui n’ont pas les ressources financières pour payer une opération de sortie illégale vers les Etats Unis avec des vedettes rapides louées par des contrebandiers. Ce type de voyage étant souvent facturé plusieurs milliers de $ par des traficants peu scrupuleux.
L’option est alors de partir de la côte sud de Cuba, à partir de Cienfuegos, et de traverser la mer des Caraïbes en direction de l’Amérique Centrale, pour s’installer temporairement dans un pays de la région et essayer ensuite de rejoindre les Etats Unis par voie terrestre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.