La tension monte à nouveau entre Cuba et le Mexique

Fidel Castro a lancé sa dernière diatribe dans la nuit de lundi, dans sa cinquième comparution retransmise par la radio et la télévision cubaine en une semaine. Il a centré ses dénonciations dans le passage sur le Mexique sur l’anticastriste Luis Posada Carriles, accusé d’actes de terrorisme, qui a récemment demandé l’asile politique aux Etats Unis.

Depuis le Honduras, où il était en visite, Luis Ernesto Derbez a répondu que son pays était disposé à faire des recherches sur ce fait si La Havane le lui demandait, ce qui a déclenché la colère du dirigeant cubain.

« Alors il faut lui faire une demande à ce Monsieur ? Mais nous avons fait des recherches avant toi, candidat frustré et présomptueux », a répondu Fidel Castro aux propos du chancelier mexicain.

« Je ne vais rien te demander, je ne vais pas demander que tu accomplisses tes obligations avec ton pays et avec le monde. Je ne vais pas demander ou t’exhorter à respecter les lois internationale » a déclaré Fidel Castro avec des signes évidents d’indignation.

Selon des rapports cubains, Posada Carriles est entré illégalement aux Etats-Unis à bord d’un bateau de pêcheur de crevettes, qui est arrivé à Miami après avoir levé l’ancre des Bahamas, et fait escale dans la « isla de las mujeres » dans l’état mexicain de Quintana Roo.

C’est cette étape au Mexique qui a déclenché la colère de Fidel Castro. Posada Carriles est en effet soupçonné d’avoir participé à des préparatifs d’attentats contre le dirigeant cubain.

Luis Ernesto Derbez postule au secrétariat général de l’OEA, en compétition avec l’ex ministre des Relations Extérieures du Chili, le socialiste Juan Miguel Insulza.

Après une première série de votes, les deux candidats devront se soumettre le 2 mai prochain à un nouvel examen minutieux des 34 pays qui intègrent cet organisme interaméricain.

Pour Fidel Castro, Luis Ernesto Derbez est le « candidat de l’empire Américain, qui veut imposer l’ALCA et continuer de piller cet hémisphère ».

« C’est un candidat du déshonneur et de l’empire pour diriger cette cochonnerie (porqueria) qu’est l’OEA » a affirmé le chef d’État de Cuba, seul pays américain non membre de cet organisme après avoir été expulsé de son sein en 1961.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.