RSF manifeste contre la présence à Paris de Felipe Perez Roque.

Le 10 octobre 2005 au matin, jour de l’intervention à l’UNESCO de Felipe Perez Roque, ministre cubain des Relations extérieures, une vingtaine de militants de Reporters sans frontières ont manifesté, vêtus d’uniformes de prisonniers, devant le bâtiment de l’organisation internationale à Paris. Ils ont ainsi rappelé que 23 journalistes cubains sont actuellement détenus dans des conditions exécrables dans les prison cubaines.

Felipe Perez Roque, souvent présenté comme un des possibles successeurs de Fidel Castro, avait parlé en ces termes des journalistes arrêtés lors du printemps noir de 2003 : « Ils contribuent au blocus nord-américain sur Cuba, fabriquent de fausses informations et conspirent pour déstabiliser le pays. Ils mettent en danger les droits de tous les Cubains.»

Déguisés en prisonniers, numérotés, menottés et bâillonnés, les militants de Reporters sans frontières tapaient sur des gamelles et ont déployé une banderole sur laquelle on lisait : « Bienvenue à Cuba, où les journalistes n’ont aucun droit ! ».
En fond sonore : une musique cubaine festive, soudainement interrompue par les bruits caractéristiques d’une prison, portes qui se referment, bruits de chaînes, appel des prisonniers.

Selon RSF : « 21 journalistes, condamnés à des peines allant de 14 à 27 ans de prison, croupissent depuis plus de deux ans dans des cellules insalubres, dorment dans des draps répugnants (quand ils en ont), portent des uniformes qui passent de prisonnier en prisonnier sans être jamais lavés, et mangent des bouillies suspectes autant qu’infectes. La plupart ont contracté en prison des maladies chroniques et sont dans un état de santé très inquiétant. Comme si cela ne suffisait pas, ils sont régulièrement humiliés par les gardiens de prison ou enfermés avec des criminels.

C’est cette situation que nous avons voulu rappeler, au moment où un ministre cubain vient parler, à Paris, de culture et d’éducation. D’autant plus que depuis juillet et août 2005, deux nouveaux journalistes sont enfermés dans les geôles cubaines, dont l’un, Oscar Mario González, qui attend toujours d’être jugé, risque plus de 20 ans de prison. »

Il y a plus de 16 ans, Reporters sans frontières mettait en place « le parrainage » et appelait les médias internationaux à soutenir un journaliste emprisonné. Plus de 200 rédactions dans le monde soutiennent ainsi un confrère en demandant régulièrement sa libération aux autorités concernées et en médiatisant sa situation pour que son cas ne tombe pas dans l’oubli.

Ricardo González est ainsi soutenu par : Radio Classique, Alternatives internationales, Amiens Métropole (JDA), Asociación de la Prensa de Madrid, Cambio 16, Corriere, Canadese, El Mundo, El Pais, El Punto, France Soir, Grands Reportages, http://www.cubantrip.com, Ici, L’Express, La Tribune, La Vanguardia, Le Figaro, Le Ligueur, Le Maine Libre, Le Nouvel Observateur, Le Nouvelliste, Le Télégramme de Brest et de l’Ouest, Okapi, Ouest France, PACA Informations économiques, Prix Bayeux des correspondants de guerre, Radio Côte d’Amour, Radio Nostalgie (Belgique), RFI, Servimedia,StarPhoenix, The Concordian, The Telegram, Tiempo.

Fabio Prieto Llorente est ainsi soutenu par : le député européen Bernard Lehideux, Coup d’¦il vers l’avenir, Festival international du scoop et du journalisme, Libération, la mairie d’Arlanc, Métro Belgique.

Miguel Galván Gutiérrez est ainsi soutenu par : la mairie de Nancy.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.