Raul Rivero pense quitter Cuba pour l’Espagne

Rivero, poète et journaliste internationalement reconnu, pense
voyager en Espagne avec sa famille et retourner à La Havane au bout d’un an, a déclaré
Ricardo Trotti, ami de Rivero et directeur du
Département de Presse Libre de l’Association Interaméricaine de
Presse, établie à Miami.

Rivero est un des 75 dissidents arrêtés en
mars de 2003. Tous ont été condamné à de longues peines et accusés de collaborer avec les Etats-Unis
pour miner le régime communiste de Fidel Castro. Rivero a été
condamné à 20 années de prison.

13 autres dissidents ont été mis en liberté conditionnelle
en 2004 pour  »raisons de santé, mais’ils peuvent être
remis en prison à tout moment où cas où ils feraient ou diraient
quelque chose illégal.

On espère aussi que deux autres dissidents récemment libérés, Manuel
Vázquez Portal et Jorge Olivera, sortent de l’île prochainement.

Les experts dans les affaires cubaines estiment que le gouvernement a libéré des prisonniers pour améliorer ses
relations avec l’Union Européenne, qui avait invité des
dissidents à ses réceptions à La Havane. Les dissidents ne sont désormais plus invités aux réceptions.

Ricardo Trotti a indiqué avoir parlé avec Rivero mercredi.  »Il est
‘optimiste… et pense qu’ on lui permettra de sortir de Cuba au début de février, avec la condition qu’il retourne après une année ‘.

Peu après son élargissement le premier décembre, Rivero avait déclaré vouloir
prendre des vacances parce qu’il
n’était pas sorti du pays depuis 15 ans.

Rivero, ancien journaliste de la presse gouvernementale, a publiquement
rompu avec le gouvernement après avoir signé une lettre en 1991
demandant la liberation des prisonniers politiques. Rivero a reçu une
invitation de la ville de Grenade pour y passer une année
pour terminer deux livres. L’invitation inclut un traitement, une maison
et des visas pour ses parents proche, y compris sa mère malade, a
précisé Trotti.

Mais Rivero et sa famille n’ont pas encore obtenu de passeports
cubains, ni de visas espagnols et, plus important, l’autorisation du
gouvernement cubain pour sortir de l’île. La Havane a souvent
rejeté les autorisations de sortie aux dissidents, à moins qu’ils ne s’
engagent à ne pas rentrer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.