Connect with us

actu

Cuba, Castro et la CIA

Published

on

Cette tentative d’assassinat a fait l’objet d’une enquête publique du Congrès américain en 1975. Toutefois, la CIA n’avait jamais admis, jusqu’à aujourd’hui, son rôle dans cette affaire.

Le dossier désormais déclassifié par la CIA a été mis en ligne par un institut de recherche, la National Security Archive de l’Université George Washington (http://www.gwu.edu/~nsarchiv).

Le document décrit ainsi comment l’agence de renseignement, grâce à un intermédiaire, avait pris contact en 1960 avec Johnny Roselli, un membre de la mafia à Las Vegas.

Six pilules contenant un poison mortel furent livrées à un responsable cubain Juan Orta, qui avait accès à Castro. «Après plusieurs semaines de tentatives, Orta apparemment a eu peur et a demandé à se retirer» du projet, peut-on lire dans le dossier.

Un autre Cubain fut recruté, le Dr Anthony Verona, un des principaux chefs de la «commission des exilés cubains». Contre 10 000 dollars, il se déclara prêt à organiser l’assassinat. Mais le projet fut annulé après l’épisode de la Baie des Cochons, une tentative ratée d’invasion de Cuba en 1961 par des exilés cubains soutenus par les États-Unis.

Le dirigeant cubain, Fidel Castro, a accusé le président américain, George W. Bush, d’avoir ordonné de l’assassiner, a rapporté lundi le quotidien officiel Granma.

Le plan a été préparé juste avant que M. Bush ne remporte l’élection de 2001, a précisé M. Castro dans un article publié dans le journal.

Il est rapporté qu’il y a eu plus de 600 tentatives d’attaques contre la vie du dirigeant cubain.

“Il est vraiment difficile de nommer tous les responsables des attaques à ma vie. Toutes les formes directes et indirectes ont été utilisées”, a ajouté M. Castro.

En août 2000, M. Castro a dénoncé les relations de M. Bush avec la méfia cubano-américaine à Miami, qui, selon lui, a tenté de l’assassiner à maintes reprises.

Il a indiqué que Jimmy Carter et Bill clinton, deux anciens présidents américains, n’ont pas organisé de telles attaques.

“Je suis sûr que M. Carter, à cause de sa religion basée sur des valeurs éthiques, n’a jamais ordonné un assassinat contre moi”, a affirmé M. Castro, ajoutant : “Je suis sûr que M. Clinton n’a pas donné un ordre d’assassinat. Je ne peux pas l’imaginer signant un tel ordre”.

actu

L’ancien espion Gerardo Hernández critique les Cubains qui protestent contre les coupures de courant

Published

on

By

Gerardo Hernández, CDR, Protestas, Cubanos

MIAMI, États-Unis. — L’ancien espion cubain Gerardo Hernández Nordelo, coordinateur des Comités de défense de la révolution (CDR), a critiqué ce dimanche les milliers de Cubains qui ont manifesté ces derniers jours contre le black-out général qui touche la plupart des provinces de l’île.

Dans un message publié sur Twitter, Hernández a salué les efforts de rétablissement après le passage de l’ouragan Ian dans la ville de Pinar del Río à La Coloma, l’une des plus durement touchées par le météore, tout en rejetant les manifestations antigouvernementales qui ont eu lieu tout au long de la semaine, principalement dans la capitale.

« Ces habitants de La Coloma ne se plaignent pas du manque d’électricité ou de la nourriture avariée dans les réfrigérateurs. Ils ont perdu de la nourriture et des réfrigérateurs, des meubles, des matelas et tout le reste. Mais ils n’abandonnent pas! », a déclaré l’ancien membre du Wasp Network.

Plusieurs Cubains ont critiqué les reproches du coordinateur national de la CDR et assuré que la crise économique et politique que traverse le pays est sans retour en arrière.

(Capture d’écran/Twitter)

« Laisser passer dix ans dans un refuge et vous renvoyer la photo. Là, ils vont abandonner, mais il n’y aura pas de remède », a écrit un utilisateur identifié comme Sinno.

Mayda Ibarra, une Cubaine vivant aux États-Unis, a assuré que les quartiers que le chef de la CDR célèbre tant sont dans la misère absolue.

« Dans chaque quartier, des Cubains meurent faute de médicaments. Dans chaque quartier, il y a des Cubains qui n’ont pas assez pour nourrir leurs enfants. Dans chaque quartier, il y a des Cubains indignés de voir comment la monarchie castriste gaspille de l’argent et ils reçoivent leurs salaires en monnaie inutile.

Depuis vendredi dernier, les protestations contre les pannes d’électricité, exacerbées par l’agitation générale des Cubains, se sont intensifiées dans divers territoires de l’île.La plupart des manifestations ont eu lieu à La Havane, où il y a eu des cacerolazos, des barricades et des protestations avec les communistes. régime dirigé par Raúl Castro et Miguel Díaz-Canel.

Recevez des informations CubaNet sur votre téléphone portable via WhatsApp. Envoyez-nous un message avec le mot “CUBA” au téléphone +525545038831, vous pouvez également vous abonner à notre newsletter électronique en cliquant ici.

Traduit de l’espagnol à partir de :

Source link

Continue Reading

actu

Les Cubains doivent beaucoup à Carlos Alberto Montaner

Published

on

By

Carlos Alberto Montaner

LA HAVANE, Cuba.- À la suite du récent hommage rendu à Miami à l’écrivain et journaliste cubain Carlos Alberto Montaner, il est juste de dire que ce grand intellectuel est également digne de l’affection et de l’admiration des Cubains qui vivent sur l’île. , en particulier ceux d’entre nous qui aspirent à une patrie libre et démocratique.

Montaner a été une boussole pour ceux de l’île qui s’identifient à la doctrine libérale. En 1990, il a fondé l’Union libérale cubaine, affiliée à l’Internationale libérale, et est devenu plus tard vice-président de ce conglomérat de partis politiques libéraux.

Depuis la fondation de Radio Martí en 1985, Montaner a participé activement à cette station. Son commentaire quotidien sur la réalité cubaine était l’un des plus attendus par le public national. De même, plus d’une douzaine de journaux en Europe, aux États-Unis et en Amérique latine ont compté sur les collaborations de cet illustre chroniqueur.

Mais, si l’on nous demandait une facette dans laquelle Montaner a brillé de sa propre lumière, nous ne pourrions manquer de mentionner son œuvre littéraire. Une vingtaine d’ouvrages, dont des essais et des romans, composent le cursus de cet écrivain. Les Cubains de l’île, malgré le blocus interne que le castrisme impose aux œuvres des écrivains qui ne sont pas d’accord avec son idéologie, ont pu accéder à certains de ces textes, essentiellement par le biais des bibliothèques indépendantes qui ont proliféré dans tout le pays.

Des livres comme Les Cubains, un voyage à travers l’histoire de Cuba, mettant l’accent sur les circonstances internationales qui ont façonné les événements du pays ; Voyage au cœur de Cuba, un texte qui explique les racines du castrisme et plonge dans la psychologie de Fidel Castro ; et Ne perdons pas aussi le XXIe siècle, un texte qui enquête sur les causes de l’échec de l’Amérique latine sur la voie du développement, a plu à plus d’une génération de Cubains dégoûtés par l’omniprésente idéologie marxiste-léniniste.

En 1994 est publiée à Madrid la monumentale Anthologie de la pensée libérale cubaine, un texte dans lequel apparaît un prologue écrit par Carlos Alberto Montaner. Il s’agit d’une sélection d’œuvres de 59 écrivains cubains, qui, issus des domaines de la politique, de la philosophie et de l’économie, abordent les problèmes les plus dissemblables liés à l’île. Un itinéraire qui va de Francisco de Arango y Parreño au XVIIIe siècle à Rafael Rojas au siècle dernier.

Dans le prologue susmentionné, Montaner propose une ligne directrice pour guider les actions des Cubains vers une patrie libérée de l’oppression de Castro : « Le libéralisme est très utile aujourd’hui pour démanteler le totalitarisme marxiste, précisément parce que les disciplines sur lesquelles les libéraux ont réfléchi avec plus de profondeur sont celles qui doivent être pris en compte dans le remodelage de l’État collectiviste et dans la mise en œuvre des formes de privatisation du secteur public ».

Bien sûr, tout ce travail de Montaner lui a valu la haine des autorités castristes qui, comme elles le font habituellement avec d’autres écrivains et artistes qui ne se soumettent pas à lui, se sont attachées à disqualifier son travail. Ainsi, pour l’appareil du pouvoir, Montaner n’est ni un écrivain ni un journaliste, mais seulement un agent de la CIA.

En 2019, l’éditeur Neo…

Traduit de l’espagnol à partir de :

Source link

Continue Reading

actu

«Il n’est pas rationnel» d’expulser des migrants du Venezuela, de Cuba et du Nicaragua

Published

on

By

Joe Biden migrantes

MIAMI, États-Unis.- Le président des États-Unis, Joe Biden, a déclaré mardi qu'”il n’est pas rationnel” d’expulser les migrants arrivant de ces pays vers le Venezuela, Cuba et le Nicaragua, et a assuré qu’il travaillait avec le Mexique pour arrêter le flux de ces arrivées.

Selon une note de l’agence de presse EFE, Biden a déclaré dans des déclarations à la presse à la Maison Blanche que la situation à la frontière est “totalement différente” de ce qu’elle était dans la précédente administration de Donald Trump (2017-2021), puisque “moins de migrants arrivent d’Amérique centrale et du Mexique.”

« Maintenant, je suis attentif au Venezuela, à Cuba et au Nicaragua. La possibilité de les renvoyer vers ces pays n’est pas rationnelle”, a déclaré Biden, qui a ajouté : “Nous travaillons avec le Mexique et avec d’autres pays pour voir si nous pouvons arrêter le flux (migratoire)”.

Face aux rumeurs selon lesquelles des gouverneurs républicains pourraient envoyer des sans-papiers dans l’État du Delaware, où réside Biden, le président s’est limité à répondre d’un ton moqueur : “Visitez le Delaware, c’est un bel État”.

L’immigration est devenue l’un des grands enjeux de campagne des élections de mi-mandat de novembre, suite à la décision de certains gouverneurs républicains d’envoyer des groupes de sans-papiers dans des États gouvernés par des démocrates pour protester contre la politique d’immigration de Joe Biden.

Depuis avril, le gouverneur du Texas, le républicain Greg Abbott, envoie régulièrement des bus avec des migrants, pour la plupart vénézuéliens, à Washington, New York et Chicago, en réponse à la tentative de Biden d’annuler le titre 42, une politique de santé qui autorisait les expulsions express. des migrants à la frontière.

De son côté, la semaine dernière, son compatriote républicain Ron DeSantis, gouverneur de Floride, a rejoint la stratégie et a envoyé deux avions avec des migrants à Martha’s Vineyard, une île exclusive de l’État du Massachusetts, où ils ont des maisons, entre autres, l’ancien président Barack Obama .

Recevez des informations CubaNet sur votre téléphone portable via WhatsApp. Envoyez-nous un message avec le mot “CUBA” au téléphone +525545038831, vous pouvez également vous abonner à notre newsletter électronique en cliquant ici.

Traduit de l’espagnol à partir de :

Source link

Continue Reading

En ce moment