Fidel Castro se sent “mieux que jamais”

Fidel Castro : ex révolutionnaire, aujourd’hui détenteur du record absolu de longévité au pouvoir. 46 ans de règne sans partage, sans élections, sans la moindre ouverture démocratique.

L’après Castro ? La question est bien sûr dans toutes les têtes mais par sur toutes les lèvres. A Cuba, dans les hautes sphères du pouvoir on évite soigneusement d’y faire allusion , preuve s’il en était besoin que Fidel tient encore fermement les rênes du pouvoir.

L’ avenir sans Fidel est bien entendu une certitude biologique mais à l’instar des fin de règne des grands caudillos, il serait indécent d’évoquer la succession du « lider maximo » de son vivant. Dans les chancelleries les rumeurs, toujours contradictoires et invérifiables, vont bon train sur l’ état de santé de Castro et on se perd en conjecture sur l’intronisation d’une nécessaire relève.

Fidel Castro, âgé de 79 ans, est au pouvoir depuis la révolution de 1959. Sa santé fait régulièrement l’objet de spéculations qui alimentent les interrogations sur sa possible succession.

Récemment, la CIA a acquis la conviction que le président cubain, souffre de la maladie de Parkinson. Il pourrait avoir des difficultés à poursuivre sa tâche si son état empire, prévient le rapport de la CIA, dont les conclusions ont été exposées aux membres de l’administration Bush et du Congrès.

»Ils ont tenté de me tuer tellement de fois», a commenté Fidel Castro devant des responsables étudiants rassemblés jeudi pour célébrer l’anniversaire du début de ses études de droit à l’université de La Havane il y a 60 ans. «Et maintenant ils disent que la CIA a découvert que j’ai Parkinson»!

»Cela ne m’ennuirait pas si j’avais Parkinson, le pape -Jean Paul II- avait Parkinson», a-t-il noté ironiquement avant d’étendre le bras pour montrer qu’il ne tremblait pas: «Regardez Parkinson»! Ceux qui croient et font circuler ces rumeurs vont de «déceptions en déceptions», a ajouté le «Lider Maximo». «Je me sens, heureusement, mieux que jamais».

Vêtu de son éternel uniforme vert olive, Fidel Castro semblait apparemment en bonne forme et l’a démontré avec un discours de plus de quatre heures et demie.

Au pouvoir depuis près de 47 ans, Fidel Castro a assuré qu’il ne s’accrocherait pas au pouvoir si son état de santé ne lui permettait plus de gouverner le pays.
«Si je sens que je ne suis pas en état, j’appellerai le Parti et leur dirais que je ne me sens pas en état (…) et que quelqu’un prenne le commandement».

Pour ceux qui auraient l’intention d’y croire, le dirigeant cubain a tenu à souligner qu’un tel scénario n’était guère susceptible d’arriver prochainement, assurant aux étudiants qu’il fait régulièrement de l’exercice, surveille son alimentation et ne se «néglige en aucune façon».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.