Comment Fidel Castro a réussi à glorifier ses échecs

Causeur: Même si l’on considère Fidel Castro comme le pire des tyrans, il semble être resté assez populaire à Cuba jusqu’à sa mort. Comment pouvez-vous expliquer cela ?

Olivier Languepin:1 Je n’ai aucune idée de la popularité de Fidel Castro. Il n’y a jamais eu d’élections, elle est donc très difficile à mesurer. Critiquer le régime peut vous valoir dix ou quinze ans de prison.

Quand j’étais à Cuba, je n’avais pas l’impression que Castro était si populaire que ça. J’avais surtout l’impression qu’il était craint mais respecté en tant que personnage historique et charismatique.

Si beaucoup lui ont rendu hommage à Cuba, c’est parce que c’est un personnage qui s’est confondu avec l’histoire de son pays, et qu’il y en a peu comme ça.

Il n’est plus là et son frère a 85 ans. Qui peut incarner l’avenir à Cuba ?

C’est très difficile à savoir car, encore une fois, il n’y a pas eu d’élections depuis près de soixante ans.

Pour savoir ce que veulent les Cubains, il faudrait leur donner la parole. Presque toutes les dictatures communistes ayant fini par faire des élections, il pourrait en être de même à Cuba.

Selon un rapport de l’UNICEF qui date de 2012, que ce soit sur le plan de l’espérance de vie, de la mortalité infantile, de l’alphabétisation ou de l’accès à l’eau potable, Cuba a de meilleurs résultats qu’Haïti, la République dominicaine, le Mexique, ou même l’Uruguay. N’êtes-vous pas un peu sévère avec ce régime ?

Non. L’argument de la santé est souvent avancé, mais avant la Révolution c’était déjà le cas. Cuba était déjà l’un des pays les plus avancés de la région, loin devant l’Uruguay ou l’Argentine.

Le PIB par habitant était proche de celui de l’Italie. Le socialisme n’a produit que de la misère, à Cuba comme dans les autres pays communistes. Elle était seulement moins visible à Cuba et surtout, elle était mise en scène.

Je pense que c’est la grande victoire de Fidel Castro. Il a réussi à mettre en scène sa défaite de façon extrêmement efficace.

Il a fasciné un certain nombre de gens en Occident. Ces derniers ont fermé les yeux, que ce soit sur le plan de l’échec économique ou des droits de l’homme.

Extrait d’un entretien avec Olivier Languepin réalisé par Alexis Brunet

Lire la suite de l’entretien sur le site causeur.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.