Merci Fidel pour tout ce que tu nous donnes

bodegaLa propagande est partout à Cuba, et parfois elle contraste avec la triste réalité de manière provocante et presque humoristique. Cette bodega (magasin où sont distribués les produits alimentaires rationnés depuis 1962) est un exemple avec ses rayons désespérément vides et son slogan remerciant Fidel pour 50 ans de pénurie…..

« Vamos bien » clament aussi les affichent de propagande aux couleurs un peu délavées, mais aujourd’hui tout le monde sait qu’il y a au moins un Cubain qui ne va pas bien. L’heure des comptes a sonné pour la révolution cubaine et la réalité est bien loin du rêve utopique de Che Guevara : Cuba est maintenant largement considéré comme une dictature communiste presque comme les autres.

Pourquoi presque ? Parce que Cuba cela reste la plage, le rhum, la salsa et une chaleur qui ne colle pas avec l’image que l’on se fait du goulag et d’une société soviétisée. Le plus surprenant n’est pas que le communisme ait produit à Cuba, comme partout ailleurs en son temps, une société totalitaire et policière, de pénuries, et de rationnement permanent. Qui s’en étonnerait aujourd’hui ? Mais plutôt que Fidel Castro continue curieusement à bénéficier d’un traitement de faveur assez singulier pour un dictateur.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.