Fidel Castro assiste à une messe en l’honneur du pape

Le président de Cuba, Fidel Castro, qui dans l’après-midi
d’aujourd’hui a qualifié d' »ami » le Pape récemment
décédé, a assisté dans la soirée à une messe dans la cathédrale de La Havane en hommage au Pape.

Accompagné de son frère Raúl Castro, ministre de la Défense et successeur probable de Fidel Castro,
le président de Cuba s’est d’abord dirigé au siège de la Nunciatura, où on avait installé un livre pour recevoir les messages de condoléances après le décès du Saint Père.

« Ton départ nous fait de la peine, ami inoubliable et nous souhaitons avec ferveur que ton exemple perdure », a écrit le président de Cuba, qui a aussi
souligné la lutte du Pape en faveur de la paix et pour les pauvres. En outre, Fidel Castro a
souligné l’opposition de Jean Paul II aux sanctions américaines contre Cuba qu’il avait qualifié de « moralement inacceptable » lors de sa visite à Cuba en 1998.

Ensuite, Fidel Castro, sans son frère, est arrivé
à la cathédrale de la capitale, un bâtiment colonial situé dans la vieille Havane, dans lequel il n’était pas entré depuis des décennies.


Pendant presque
deux heures il a écouté la cérémonie religieuse dirigée par le
cardinal Jaime Ortega et le nonce, Luigi Bonazzi. Plusieurs
centaines de personnes ont rempli l’église et ont suivi
les discours avec des haut-parleurs dans une place contiguë.

Face au corps diplomatique invité, et devant un autel où on avait
installé une photo de Juan Pablo II, Jaime Oretega a remercié Fidel Castro pour les signes de solidarité donnés par le pouvoir, qui ont inclus un deuil pendant trois
jours, la suspension des activités festives — dont la finale du championnat de base ball — et l’accès aux prêtres pour diffuser des messages à télévision étatique.

Fidel Castro, instruit par les jésuites, a rompu avec l’Église il y a des décennies et s’est déclaré athée, mais en janvier 1998 il a assisté à une messe quand le Pape Jean Paul II a visité l’île.

« L’Église et le monde perdent un homme de réfence », a déclaré
le cardinal Ortega, qui figure parmi les possibles candidats pour la succession de Jean Paul II.

À la fin de la cérémonie, le nonce Bonazzi a pris la parole pour
rappeler la visite de Jean Paul II il y a sept ans et réiterer ses
demandes : l’ouverture de Cuba, l’accès de l’Église à l’éducation
et un espace pour promouvoir les valeurs
évangéliques dans les familles cubaines.

Aucune des demandes de l’Église effectuées lors de la visite du Pape en 1998, comme la
participation dans les écoles, ou un accès aux medias (tous sous contrôle de l’Etat et du Parti Communiste) n’ a
été satisfaite par le Gouvernement de Cuba.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.