Cuba : la police harcèle les femmes de prisonniers politiques

Berta Soler, du mouvement de Dames en Blanc, a rapporté que
les faits se sont produits dimanche, quand sept femmes sont allées à Jaimanitas, dans les environs de la Havane, pour rendre visite à Isabel Ramos, mère du prisonnier Arturo Suárez.

Isabel Ramos avait entamé un jeûne pour réclamer des améliorations
de la situation de son fils, qui a accompli 19 des 30 années de
prison auxquelles il a été condamné pour piraterie aérienne (détournement d’un avion de ligne pour fuir aux Etats Unis).

Après être sorti du logement de Ramos, des dizaines de personnes
ont entouré les Dames en Blanc et les ont insulté tandis qu’ils lancaient
des consignes en faveur du gouvernement, a dénoncé Berta Soler,
épouse d’Angel Moya, un dissident condamné à 20 années de prison en mars 2003.

 »La police était au coin de la rue et surveillait tout », a dit Soler, et a assuré que « S’il nous arrive quelque chose, les responsables sont le gouvernement ».

La dénonciation se produit après que le 13 juillet dernier, des centaines de
personnes ont pris part un acte de répudiation à La Havane contre un
groupe de dissidents qui commémorait l’anniversaire du sabordage
d’un remorqueur en 1994 par les gardes cotes cubains.
Au terme de ce dramatique épisode de la répression, 37 personnes qui tentaient de fuir Cuba sont mortes noyées volontairement par la police cubaine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.