Connect with us

actu

2005, une année éprouvante pour Cuba

Published

on

La révolution qui a portée au pouvoir Fidel Castro en 1959 fetera en 2005 son 47e anniversaire avec un éventail de promesses populaires jamais réalisées et les indices d’émigration les plus hauts de toute son histoire, bien que les statistiques officielles assurent que l’économie cubaine a crû de 11.8 pour cent. L’année 2005 se termine avec des chiffres d’émigration illégale depuis l’île seulement comparables avec l’exode des balseros de 1994 et celui de Mariel en 1980.

Le Service des Garde-côtes des Etats-Unis a intercepté en haute mer 2.866 immigrants cubains clandestins, tandis que plus de 2.000 ont obtenu de prendre pied sur le territoire américain.

Les données de la police des Frontalière américaine indiquent que pendant la période qui a courru jusqu’en septembre 2005, ils ont vu arriver 2.530 Cubains par les côtes de la Floride et 7.610 l’ont fait par les frontières du Mexique et du Canada, les deux chiffres constituant un record pour la décennie.

La tendance croissante à l’éxil des Cubains s’ est réaffirmée dans les derniers trois mois de cette année: 714 ont obtenu de fouler la terre ferme, en majorité par des opérations de contrebande humaine. Si on ajoute les 2.400 cubains retenus au Mexique comme voyageurs potentiels aux USA, et environ 300 qui ont voyagé au Honduras en utilisant la ”route du sud”, les perspectives de contrôler la diáspora du peuple cubain semblent irréalisables à court terme.

Avec les effets d’une sécheresse sévère, la population a dû faire face au passage dévastateur des ouragans Dennis et Wilma, qui ont provoqué officiellement des pertes de plus de 2 milliards de dollars, avec milliers de maisons partiellement détruites.

L’industrie sucrière a été virtuellement déclarée morte par Castro en reconnaissant que la récolte de 1.3 million de tonnes a été la plus mauvaise depuis 1908, quand la production avait atteint les 900.000 tonnes. ”Le sucre ne reviendra plus dans ce pays, il appartient au temps de l’esclavage” a déclaré Castro.

Enthousiasmé par les hauts prix du nickel, les accords signés avec la Chine et le soutien du pétrole vénézuélien, le gouvernement cubain a décidé de continuer le démantèlement des timides réformes économiques qui ont servi de palliatif à la crise des années 90, connue comme “période spéciale”. Castro a proclamé ”la libération monétaire ”du dollar et il a imposé par décret deux ré-évaluations du peso convertible, en même temps qu’il a mis en oeuvre des augmentations dans les salaires, pensions et versements de la sécurité sociale pour 1.5 million de citoyens, mais uniquement en pesos cubains.

Les renforcements des contrôles étatiques dans la sphère économique ont été accompagnés de nouvelles poussées propagandistes, avec des promesses de distribution de marmites pour cuire le riz et d’ampoules fluorescentes pour arrêter le gaspillage d’énergie. L’enfant Elián González, transformé en icone des triomphes révolutionnaires, a prononcé son premier discours devant la Tribune Antimperialiste à La Havane, publié dans le quotidien du parti communiste Granma .

Un nouveau chef du Bureau d’Intérêts des USA à La Havane, Michael Parmly, remplace James Cason, fortement attaqué par le régime. Après avoir qualifié son comportement initial de “respectueux”, Castro l’a récemment qualifié de « bandidito » (petit bandit).

De son côté l’opposition interne a donné des preuves de rétablissement et de ténacité en tenant le 20 mai un congrès historique, organisé par l’Assemblée pour Promouvoir la Société Civile à Cuba dirigée par l’opposante Marta Béatriz Roque. Bien que le gouvernement cubain se soit abstenu de réprimer cette réunion dans un premier temps, il a par la suite déclenché une campagne de harcèlement contre les opposants de toutes tendances, y compris d’agression physiques et violentes connues comme “actes de repudio”.

Mais le plus grand triomphe du mouvement des droits de l’homme à Cuba appartient aux Dames en Blanc, groupement proamnistie qui a reçu le Prix Sakharov du Parlement Européen en 2005. Les dames en Blanc n’ont cependant pas obtenu l’autorisation de sortir de Cuba pour aller recevoir leur récompense à Strasbourg (siège du parlement européen en France).

Du Groupe des 75 opposants et journalistes incarcérés et condamnés en 2003, les journalistes Raúl Rivero et Manuel Vázquez Portal on obtenu de partir en exil après avoir été libérés pour raisons de santé.

L’année 2005 restera aussi comme celle de deux immenses pertes dans le monde culturel de l’exil : l’auteur Guillermo Cabrera Infante, décédé en février à Londres à 75 ans, et le danseur Fernando Bujones, qui est mort en novembre à Miami à 50 ans.

Continue Reading

actu

«Il n’est pas rationnel» d’expulser des migrants du Venezuela, de Cuba et du Nicaragua

Published

on

By

Joe Biden migrantes

MIAMI, États-Unis.- Le président des États-Unis, Joe Biden, a déclaré mardi qu'”il n’est pas rationnel” d’expulser les migrants arrivant de ces pays vers le Venezuela, Cuba et le Nicaragua, et a assuré qu’il travaillait avec le Mexique pour arrêter le flux de ces arrivées.

Selon une note de l’agence de presse EFE, Biden a déclaré dans des déclarations à la presse à la Maison Blanche que la situation à la frontière est “totalement différente” de ce qu’elle était dans la précédente administration de Donald Trump (2017-2021), puisque “moins de migrants arrivent d’Amérique centrale et du Mexique.”

« Maintenant, je suis attentif au Venezuela, à Cuba et au Nicaragua. La possibilité de les renvoyer vers ces pays n’est pas rationnelle”, a déclaré Biden, qui a ajouté : “Nous travaillons avec le Mexique et avec d’autres pays pour voir si nous pouvons arrêter le flux (migratoire)”.

Face aux rumeurs selon lesquelles des gouverneurs républicains pourraient envoyer des sans-papiers dans l’État du Delaware, où réside Biden, le président s’est limité à répondre d’un ton moqueur : “Visitez le Delaware, c’est un bel État”.

L’immigration est devenue l’un des grands enjeux de campagne des élections de mi-mandat de novembre, suite à la décision de certains gouverneurs républicains d’envoyer des groupes de sans-papiers dans des États gouvernés par des démocrates pour protester contre la politique d’immigration de Joe Biden.

Depuis avril, le gouverneur du Texas, le républicain Greg Abbott, envoie régulièrement des bus avec des migrants, pour la plupart vénézuéliens, à Washington, New York et Chicago, en réponse à la tentative de Biden d’annuler le titre 42, une politique de santé qui autorisait les expulsions express. des migrants à la frontière.

De son côté, la semaine dernière, son compatriote républicain Ron DeSantis, gouverneur de Floride, a rejoint la stratégie et a envoyé deux avions avec des migrants à Martha’s Vineyard, une île exclusive de l’État du Massachusetts, où ils ont des maisons, entre autres, l’ancien président Barack Obama .

Recevez des informations CubaNet sur votre téléphone portable via WhatsApp. Envoyez-nous un message avec le mot “CUBA” au téléphone +525545038831, vous pouvez également vous abonner à notre newsletter électronique en cliquant ici.

Traduit de l’espagnol à partir de :

Source link

Continue Reading

actu

La dépression tropicale numéro sept met la région des Caraïbes en alerte

Published

on

By

Depresión tropica, Caribe

MIAMI, États-Unis. — La dépression tropicale numéro sept de la saison cyclonique en cours s’est formée ce mercredi dans l’océan Atlantique, selon le United States National Hurricane Center (NHC, pour son sigle en anglais).

À 11 heures aujourd’hui, le système se trouvait à 16,6 degrés de latitude nord et 49,6 degrés de longitude ouest, à environ 1 300 km des îles sous le vent.

Le dernier rapport du NHC indique que la dépression tropicale présentait des vents maximums soutenus de 55 kilomètres par heure (km/h) et se déplaçait vers l’ouest à une vitesse de 22 km/h.

Bien qu’aucun avis de surveillance côtière n’ait encore été publié, cette agence fédérale américaine a appelé les autorités et les habitants des îles Sous-le-Vent, des îles Vierges et de Porto Rico à surveiller les progrès de l’agence.

Les modèles de prévision du NHC avertissent que le centre du système traversera les îles sous le vent vendredi soir, puis transitera par les Vierges et Porto Rico au cours du week-end.

“Un renforcement progressif est prévu le lendemain et la dépression devrait devenir une tempête tropicale ce soir ou jeudi”, a ajouté le bulletin.

L’Institut cubain de météorologie (INSMET) a également mis en garde contre le phénomène dans un avertissement de cyclone tropical publié ce matin.

“Au cours de la matinée d’aujourd’hui, le centre dépressionnaire qui était enchâssé dans l’axe d’une onde tropicale située à l’est de l’arc des Petites Antilles, a continué de gagner en organisation et est devenu la septième dépression tropicale de la saison cyclonique en cours”. institution.

Recevez des informations CubaNet sur votre téléphone portable via WhatsApp. Envoyez-nous un message avec le mot “CUBA” au téléphone +525545038831, vous pouvez également vous abonner à notre newsletter électronique en cliquant ici.

Traduit de l’espagnol à partir de :

Source link

Continue Reading

actu

Charles d’Angleterre devient le nouveau roi du pays et du Commonwealth

Published

on

By

Carlos Inglaterra Reino Unido Isabel II

MIAMI, États-Unis.- Avec le décès le 8 septembre de Son Altesse Royale la reine Elizabeth II, le monarque au règne le plus ancien de Grande-Bretagne, le prince Charles, son fils aîné et héritier le plus ancien de l’histoire britannique, deviendra le nouveau roi.

La reine est décédée ce jeudi à l’âge de 96 ans dans sa résidence de Balmoral, dans le nord du pays, selon le palais de Buckingham, mettant fin à 70 ans d’un règne emblématique de l’histoire du pays et du monde.

Charles, le premier fils d’Elizabeth II et de Philippe, duc d’Édimbourg, a 73 ans et a attendu des décennies pour devenir roi. Avec seulement trois ans trois ans, il est devenu héritier du trône, quand Elizabeth II a été couronnée en 1952.

Charles, le fils de la reine Elizabeth et le nouveau roi du Royaume-Uni, a publié une déclaration déplorant la mort du monarque.

Dans sa première déclaration après la mort d’Isabelle II, Carlos a assuré qu’il s’agissait du “moment de plus grande tristesse pour moi et tous les membres de ma famille”.

« Le décès de ma chère mère, Sa Majesté la Reine, est un moment de grande tristesse pour moi et tous les membres de ma famille. Nous regrettons profondément le décès d’une très chère souveraine et d’une mère très aimée. Je sais que sa perte sera profondément ressentie dans tout le pays, les royaumes et le Commonwealth des Nations, et par d’innombrables personnes à travers le monde”, a-t-il écrit.

“Pendant cette période de deuil et de changement, ma famille et moi serons réconfortés et soutenus par notre connaissance du respect et de la profonde affection qu’on portait à la reine”, a-t-il ajouté.

La succession de Charles s’inscrit dans un plan d’action méticuleux appelé « Opération London Bridge », un protocole établi dans les années 1960 qui fournit des instructions détaillées sur la façon de gérer les 10 premiers jours après la mort de Sa Majesté, assurant une transition en douceur des problèmes de la trône à son fils aîné, le prince Charles.

En vertu des lois britanniques sur la succession, Charles monta sur le trône immédiatement après la mort de sa mère. Cependant, le couronnement du nouveau roi et sa première apparition officielle à la tête du Commonwealth ne sont pas encore programmés, ont indiqué les médias, car Charles devrait passer la nuit à Balmoral avec le reste de la famille royale.

Charles (Charles Philip Arthur George, de son prénom), l’aîné des quatre enfants de la reine et de son défunt mari, le prince Philip, est né le 14 novembre 1948 au palais de Buckingham.

Lorsque sa mère accéda au trône, Charles prit les titres traditionnels de duc de Cornouailles en vertu d’une charte du roi Édouard III en 1337 ; et, dans la noblesse écossaise, du duc de Rothesay, comte de Carrick, baron Renfrew, seigneur des îles, et prince et grand intendant d’Écosse. Il a également été investi en 1969 en tant que prince de Galles.

Le nouveau roi d’Angleterre fut le premier héritier du trône à fréquenter l’école, rompant ainsi la tradition de ses prédécesseurs, éduqués par des précepteurs. À l’âge de 12 ans, suivant les traces de son père, il a été envoyé au pensionnat écossais de Gordonstoun, connu pour son régime spartiate, son exercice physique, ses douches froides d’hiver et son autosurveillance.

Carlos a suivi toute sa vie les traces de son père, de son grand-père et de ses deux arrière-grands-pères en suivant…

Traduit de l’espagnol à partir de :

Source link

Continue Reading

En ce moment