À Cuba, le gouvernement légalise le cinéma indépendant

À Cuba, le gouvernement légalise le cinéma indépendant

Tournage du film « Fast and furious » à La Havane, à Cuba le 28 avril 2016. (ROLANDO PUJOL / EFE) À Cuba, la production cinématographique indépendante vient d’être légalisée. Le gouvernement reconnaît et autorise, à compter du 24 septembre, les artistes indépendants du cinéma cubain. Le débat sur cette légalisation a duré plus d’une décennie mais cela ne signifie pas pour autant une liberté de création. « Une première étape » La loi sur le cinéma cubain reste inchangée depuis 1959, alors que la production audiovisuelle a largement évolué ces dernières décennies. Depuis le triomphe de la révolution, le cinéma cubain est organisé par l’Institut cubain de l’art et de l’industrie cinématographique (ICAIC). Officiellement, chaque film cubain passe par cette institution qui a parfois pu surprendre. Dans les années 90 notamment, en pleine période spéciale, elle a produit le film Fraise et chocolat, dans lequel un militant des jeunesses communistes se lie d’amitié avec un homosexuel marginal de La Havane. Ce film avait révélé au grand public l’acteur Jorge Perugorría, qui travaille depuis 30 ans dans le cinéma cubain officiel ou indépendant. Selon lui, ces deux types de cinéma coexistent principalement depuis l’arrivée du digital qui a rendu la production cinématographique plus accessible. Aujourd’hui, l’acteur se réjouit de ce nouveau décret. « Le cinéma indépendant à Cuba était un fait, une réalité, mais il n’entrait pas dans un cadre légal et juridique. Tout le monde faisait des films en dehors de la loi. C’est donc une première étape pour rendre légal ce qui se faisait depuis des années », analyse Jorge Perugorría, qui explique qu’il y a « toujours eu une complicité d’une manière ou d’une autre avec l’institution notamment pour ce qui était des autorisations de tournage ». « Tu pouvais faire ton film mais rien ne te garantissait de pouvoir le diffuser », raconte-t-il. Un nouveau fond de soutien qui interroge Ce décret semble donc faciliter le travail des producteurs indépendants, mais l’État garde le contrôle de la diffusion. C’est une chose de faire un…

Source link

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.