Référendum au Venezuela, un nouveau tour de vis pour la presse ?

A quelques jours du référendum du 2 décembre au Venezuela, Reporters sans frontières craint « un tournant dangereux pour la liberté de la presse ». RSF manifeste son inquiétude concernant deux articles du nouveau texte, jugés dangereux pour la liberté de la presse.


« Quel besoin avait le président Hugo Chávez d’engager une réforme de la Constitution qu’il avait lui-même fait adopter, au risque d’aggraver encore un peu plus les divisions et la polarisation entre les citoyens de son pays ? Elaborée avec le concours de la société civile, la Constitution de 1999 avait fini par susciter un certain consensus. Inopportune et dénoncée par des personnalités ou des partis politiques jusque-là proches du pouvoir, sa réforme actuelle dénature dangereusement l’intitulé initial et menace la liberté de la presse, à travers ses articles 337 et 338. Par ailleurs, le climat dans lequel s’est déroulée la campagne électorale et les agressions odieuses contre la presse constatées de part et d’autre, peuvent à tout moment servir d’argument pour décréter l’état d’urgence illimité (article 338) et suspendre, de ce fait, des garanties constitutionnelles fondamentales comme le droit d’informer (article 337). La ratification de cette réforme pourrait donc marquer un tournant dangereux pour la liberté de la presse », estime Reporters sans frontières.

Fixé au 2 décembre prochain, malgré des appels au report y compris au sein de la coalition au pouvoir, le scrutin devra entériner la modification ou l’introduction d’une soixantaine d’articles de la Constitution promulguée par le président Hugo Chávez au début de son premier mandat, en 1999. Les articles 337 et 338 figurent parmi les dispositions les plus controversées de cette réforme, récusée par des personnalités proches du chef de l’État comme le général Raúl Baduel, ancien ministre de la Défense, ou le parti de centre-gauche Podemos, dont les députés se sont abstenus lors du vote du texte à l’Assemblée nationale.

L’article 338, dans sa version initiale de 1999, prévoit que « l’état d’exception peut durer trente jours renouvelables et être étendu jusqu’à quatre-vingt-dix jours renouvelables en cas de conflit interne ou externe. Amendé, l’article supprime tout délai de prorogation et n’impose plus l’aval du Tribunal suprême de justice, en violation de la jurisprudence de la Cour interaméricaine des droits de l’homme. L’article 337 initial prévoit que certaines garanties constitutionnelles ne peuvent être suspendues dans une situation d’état d’exception. L’accès à l’information a disparu de la liste des droits intangibles dans la version amendée.
La vice-présidente de l’Assemblée nationale, Desiré Santos Amaral, elle-même journaliste de profession, a d’ores et déjà annoncé, le 24 novembre, une réforme de la loi sur l’exercice du journalisme pour le courant de l’année 2008.

Source :

Benoît Hervieu
Despacho Américas / Americas desk
Reporters sans frontières
47, rue Vivienne
75002 Paris – France

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.