Chavez candidat en 2013 ?

C’est finalement le seul véritable enjeu de ce référendum, qui institue sans le dire une dictature marxiste au Vénézuela. Hugo Chavez n’est pas le général de Gaulle, et a aucun moment il n’a dit qu’il démissionnerait si le « non » l’emportait au référendum qu’il a lui même organisé.

Chavez a été élu en 2006 pour un  mandat de six ans, par conséquent il est assuré de rester au pouvoir jusqu’en 2012, et peut être 2013 puisque la nouvelle constitution prévoit de porter le mandat présidentiel à sept ans au lieu de six. Mais là n’est pas l’enjeu essentiel de cette réforme qui vise à concentrer tous les pouvoirs dans les mains d’un seul homme et d’un seul parti.  Ca vous rappelle quelques chose ?

Le 2 décembre est décidément un jour favorable pour les dictateurs : ce même jour le président cubain Fidel Castro a été choisi comme candidat pour être député de Santiago de Cuba (c’est sa circonscription, même s’il n’y met plus les pieds depuis longtemps) , ce qui lui permettra de se présenter au scrutin présidentiel prévu au plus tard le 5 mars 2008.

Sa désignation à l’unanimité (ça va de soi à Cuba, tous les votes sont toujours à l’unanimité, on va pas s’embêter avec les chicaneries de la démocratie « formelle ») et par acclamation, a été ovationnée aux cris de « Vive Fidel, Vive le Commandant en Chef » par les délégués de l’assemblée municipale de Santiago de Cuba, à 900 kms à l’est de La Havane.

Le parallèle avec la situation au Vénézuela est frappant : au delà des ressemblances entre les deux personnages, il y a une volonté claire de la part de Chavez de copier le « modèle » cubain. Mais pour le moment Chavez se soucie encore des apparences un peu plus que Fidel Castro, et il veut que sa dictature soit formellement approuvé par les urnes, un risque que le dirigeant cubain n’a jamais accepté de prendre. Si les électeurs disent « oui » à sa réforme, Chavez pourra se représenter à la présidence en 2012,  et ensuite à vie, ce que la Constitution l’empêche de faire aujourd’hui.

Les 69 amendements constitutionnels prévoient également des dispositions pour créer des formes de propriété collective, la suppression de l’indépendance de la Banque centrale, ou encore la nomination directe de responsables provinciaux et municipaux par le président.

Pour l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch, basée aux Etats-Unis, ces réformes menacent les droits fondamentaux. L’ONG critique notamment une disposition permettant au chef de l’Etat de déclarer l’état d’urgence pour une durée illimitée, pendant laquelle des suspects pourront être détenus sans inculpation formelle et la presse sera censurée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.