Venezuela : c’est non

Chavez a t-il été pris à son propre piège ? A force de vouloir faire plébisciter toutes les étapes de sa marche vers la dictature et le pouvoir d’un seul homme, le voilà obligé de reconnaitre sa première défaite.

Cette possibilité, de pouvoir dire « Non » tout simplement, est une des caractéristiques essentielles de la démocratie : une possibilité que les Cubains n’ont pas eu depuis 1959. Ce refus des vénézueliens de signer un chèque en blanc à un caudillo, si populaire soit-il parmi les couches populaires, est sans doute une étape importante dans la « gauchisation » de l’Amérique latine. Car on ne peut pas s’empecher de noter les nombreuses similitudes entre l’évolution de Cuba dans les années 60 et celle du Venezuela d’Hugo Chavez.

Autoritarisme rampant, censure des medias, collectivisation progressive, et hystérie anti américaine. Création d’un parti unique pour monopoliser l’Etat et la société. Course aux armements plutôt que pour résoudre les graves problèmes économiques et sociaux de la société vénézuélienne. Création d’ une milice de centaines de milliers de personnes pour contrôler la société. Utilisation de la menace et de la violence comme moyen ordinaire de faire de la politique.

Sans parler de l’exil massif des habitants : les Vénézueliens ont encore une chance que les Cubains ont perdu depuis longtemps, ils peuvent voter avec leurs pieds. Encore une des caractéristiques de ces « paradis » socialiste, ou en voie de le devenir : le désir d’un nombre sans cesse croissant de personnes de fuir, jusqu’à ce qu’il reste que ceux qui n’ont pas d’autres choix de rester et d’attendre.

Les statistiques officielles sont muettes sur le sujet, mais selon des estimations, plus d’un million et demi de Vénézuéliens, sur une population de 27 millions, vivraient désormais à l’étranger.

estime un article de Libération

D’ailleurs que serait aujourd’hui Cuba sans l’avalanche de pétro dollars en provenance du Venezuela ? L’économie cubaine reste plus que jamais prisonnière d’un socialisme hyper-bureaucratisé et vivote toujours grâce aux dollars des touristes et des familles exilées aux Etats Unis. Le Venezuela et son pétrole ont remplacé le puissant allié soviétique pour maintenir sous perfusion une économie de pénurie.

Le Venezuela fournit à Cuba 100.000 barils de pétrole par jour soit l’équivalent de près de 2 milliards de dollars par an à des conditions très préférentielles. Un quart de ce montant est payable avec un crédit sur 15 ans à un taux de 2%, et le reste par l’exportation de « services » cubains au Venezuela (environ 23600 médecins cubains seraient présents au Venezuela). Cette coopération économique comporte aussi un volet politique important et même policier : Cuba et le Vénézuela ont signé une convention autorisant les juges, et policiers de la sécurité de l’État cubain, à agir en territoire vénézuélien. La police cubaine pourra donc interroger, rechercher, et même arrêter des Cubains au Venezuela où résident plus de 30000 exilés cubains.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.