Connect with us

Amériques

Venezuela: le meurtrier de Jorge Aguirre condamné

Published

on

Jorge Aguirre, photographe de presse travaillant pour El Mundo, avait été tué à bout portant par un ex policier en 2006. Il a été reconnu coupable et condamné à 15 ans de prison.

Reporters sans frontières se félicite de la condamnation, le 19 mai 2008, à quinze ans de prison de Boris Blanco Arcia, un ancien policier, reconnu coupable de l’assassinat de Jorge Aguirre, photographe du quotidien El Mundo (affilié au groupe Cadena Capriles). Le journaliste avait été tué par balles, le 5 avril 2006, aux abords de la cité universitaire de Caracas, alors qu’il couvrait une manifestation de citoyens contre l’insécurité (lire le communiqué du 26 avril 2006).

“L’assassinat de Jorge Aguirre, survenu en pleine grogne sociale contre l’insécurité, avait ébranlé l’opinion publique et la presse. Justice a été rendue et ce verdict démontre, une fois encore, que l’impunité n’est pas une fatalité. Il est en revanche frustrant de constater que l’ancien policier Boris Blanco Arcia n’a jamais été capable d’expliquer clairement les raisons de son geste”, a déclaré Reporters sans frontières.

À l’issue d’un procès long de sept mois, Boris Blanco Arcia, poursuivi pour “homicide” et “usurpation de fonctions”, a été reconnu coupable par un tribunal de Caracas du premier chef d’accusation et condamné à une peine de quinze ans d’emprisonnement. L’ancien fonctionnaire était détenu depuis le 13 avril 2006.

Le photographe d’El Mundo s’était rendu à la cité universitaire de Caracas, le 5 avril 2006, afin de couvrir une manifestation contre l’insécurité, suscitée par l’enlèvement et l’assassinat de trois adolescents. Boris Blanco Arcia, se faisant passer pour un policier d’active, lui avait ordonné de s’arrêter. Face au refus de Jorge Aguirre, l’ancien agent, démis de ses fonctions en octobre 2005, avait ouvert le feu sur le journaliste. Atteint de trois balles tirées à bout portant, Jorge Aguirre avait photographié, tout en s’effondrant au sol, son assassin prenant la fuite à moto (voir ci-dessous). Ce cliché avait facilité l’identification et l’arrestation de Boris Blanco Arcia.

Dans un message transmis à Reporters sans frontières, Jorbeth Aguirre, la fille du photographe assassiné, a confié sa déception au vu du verdict. Selon le code pénal vénézuelien, la peine maximale prévue pour ce type de crime est de trente ans de prison. La fille du photographe a dit craindre que le condamné ne sorte “au bout de quatre ans”.
source:
Benoît Hervieu
Despacho Américas / Americas desk
Reporters sans frontières
47, rue Vivienne
75002 Paris – France

Amériques

Cuba appelle à l’aide pour faire face à l’incendie d’un dépôt pétrolier

Published

on

Le feu a pris vendredi soir quand la foudre a frappé l’un des réservoirs du dépôt pétrolier. Au petit matin, il s’est propagé à un deuxième réservoir.

Cuba a demandé l’aide « de pays amis » pour faire face au gigantesque incendie d’un dépôt pétrolier dans la banlieue de Matanzas, ville de 140 000 habitants à 100 kilomètres à l’est de La Havane. L’incendie s’est déclaré vendredi soir quand la foudre a frappé l’un des réservoirs du dépôt pétrolier. Au petit matin, le feu s’est ensuite propagé à un deuxième réservoir.

Au moins une personne a été tuée, 17 sont portées disparues et 121 blessées – 5 sont dans un état critique, 3 dans un état très grave et 28 sérieusement atteintes, selon un dernier bilan communiqué sur le compte Twitter de la présidence.

Parmi les blessés figure le ministre de l’énergie, Livan Arronte. Les disparus sont des pompiers « qui se trouvaient dans la zone la plus proche de l’incendie » lorsqu’une explosion a eu lieu. Quelque 1 900 personnes ont été évacuées de la zone sinistrée.

Elier Pila, météorologue cubain, a publié des images satellites de la zone, sur lesquelles se distingue un dense panache de fumée noire se déplaçant du point de l’incendie vers l’ouest et atteignant l’est de La Havane. « Ce panache peut atteindre près de 150 kilomètres de long », a écrit M. Pila sur son compte Twitter.

Source link

Continue Reading

Amériques

Cuba : l’incendie d’un dépôt pétrolier toujours hors de contrôle

Published

on

Le sinistre a débuté vendredi soir quand la foudre a frappé un des huit réservoirs du dépôt situé à Matanzas, à 100 km à l’est de La Havane, qui contenait 26 000 mètres cubes de pétrole brut. Depuis l’incendie s’est propagé aux autres cuves.

L’incendie qui s’est déclaré vendredi dans un dépôt pétrolier à Cuba est toujours hors de contrôle et les autorités ont annoncé lundi 8 août que le feu avait détruit un troisième réservoir et en menace un quatrième. Alexander Avalos Jorge, un responsable au sein du corps des pompiers de Cuba, a indiqué aux journalistes que « les quatre réservoirs » de 50 millions de litres chacun situés dans une base de stockage « ont été compromis ». « Cela a été une réaction en chaîne », a-t-il déclaré.

Le départ de l’incendie est estimé à un impact de foudre vendredi soir sur un des huit réservoirs de dépôt qui contenait 26 000 mètres cubes de pétrole brut, soit environ 50 % de sa capacité maximale. Rongée par le feu, la structure cylindrique a explosé au petit matin samedi, propageant les flammes à un deuxième réservoir contenant 52 000 mètres cubes de mazout.

Malgré les soldats du feu juchés sur des grues et des hélicoptères effectuant de multiples largages d’eau, ce second réservoir s’est à son tour déchiré après une explosion dimanche à minuit, forçant une évacuation des secours.

« Et ce que nous redoutions est arrivé » avec l’incendie et la destruction d’un troisième réservoir contenant du pétrole brut, a déclaré lundi le gouverneur de Matanzas, Mario Sabines, dans une vidéo publiée sur le compte Twitter de la présidence, avant de voir le feu se propager à un quatrième réservoir.

Source link

Continue Reading

Amériques

Cuba : la violente explosion d’un dépôt de pétrole fait courir des risques sanitaires et économiques

Published

on

vidéo Vendredi 5 août, la foudre s’est abattue sur un dépôt de pétrole à Matanzas, à Cuba. Après cinq jours de lutte acharnée, le feu a été maîtrisé, mais les risques sanitaires sont importants en raison de l’épaisse fumée qui s’est échappée. La population craint également les conséquences économiques.

Le masque est de nouveau de rigueur à Cuba, dans la région côtière de Matanzas. Il ne s’agit pas de se prémunir contre une reprise épidémique du Covid-19 mais de se protéger contre les dangers de l’épaisse fumée qui s’est échappée d’un dépôt de pétrole sur lequel la foudre s’est abattue le 5 août. Un important incendie a détruit quatre des huit réservoirs du dépôt. Ce dernier fournissait une importante partie du pays en carburant, souligne Daleis Macias, résident de la ville de 140 000 habitants.

« Tout va devenir plus difficile », s’inquiète Yania Calera, une habitante de Matanzas. Avant même cet incendie majeur, l’île subissait déjà régulièrement des pénuries de carburant et des coupures d’électricité. Les milliers de litres de pétrole perdus font peser un risque important sur l’économie fragile du pays.

Source link

Continue Reading

En ce moment