Connect with us

Amériques

Venezuela: le meurtrier de Jorge Aguirre condamné

Published

on

Jorge Aguirre, photographe de presse travaillant pour El Mundo, avait été tué à bout portant par un ex policier en 2006. Il a été reconnu coupable et condamné à 15 ans de prison.

Reporters sans frontières se félicite de la condamnation, le 19 mai 2008, à quinze ans de prison de Boris Blanco Arcia, un ancien policier, reconnu coupable de l’assassinat de Jorge Aguirre, photographe du quotidien El Mundo (affilié au groupe Cadena Capriles). Le journaliste avait été tué par balles, le 5 avril 2006, aux abords de la cité universitaire de Caracas, alors qu’il couvrait une manifestation de citoyens contre l’insécurité (lire le communiqué du 26 avril 2006).

“L’assassinat de Jorge Aguirre, survenu en pleine grogne sociale contre l’insécurité, avait ébranlé l’opinion publique et la presse. Justice a été rendue et ce verdict démontre, une fois encore, que l’impunité n’est pas une fatalité. Il est en revanche frustrant de constater que l’ancien policier Boris Blanco Arcia n’a jamais été capable d’expliquer clairement les raisons de son geste”, a déclaré Reporters sans frontières.

À l’issue d’un procès long de sept mois, Boris Blanco Arcia, poursuivi pour “homicide” et “usurpation de fonctions”, a été reconnu coupable par un tribunal de Caracas du premier chef d’accusation et condamné à une peine de quinze ans d’emprisonnement. L’ancien fonctionnaire était détenu depuis le 13 avril 2006.

Le photographe d’El Mundo s’était rendu à la cité universitaire de Caracas, le 5 avril 2006, afin de couvrir une manifestation contre l’insécurité, suscitée par l’enlèvement et l’assassinat de trois adolescents. Boris Blanco Arcia, se faisant passer pour un policier d’active, lui avait ordonné de s’arrêter. Face au refus de Jorge Aguirre, l’ancien agent, démis de ses fonctions en octobre 2005, avait ouvert le feu sur le journaliste. Atteint de trois balles tirées à bout portant, Jorge Aguirre avait photographié, tout en s’effondrant au sol, son assassin prenant la fuite à moto (voir ci-dessous). Ce cliché avait facilité l’identification et l’arrestation de Boris Blanco Arcia.

Dans un message transmis à Reporters sans frontières, Jorbeth Aguirre, la fille du photographe assassiné, a confié sa déception au vu du verdict. Selon le code pénal vénézuelien, la peine maximale prévue pour ce type de crime est de trente ans de prison. La fille du photographe a dit craindre que le condamné ne sorte “au bout de quatre ans”.
source:
Benoît Hervieu
Despacho Américas / Americas desk
Reporters sans frontières
47, rue Vivienne
75002 Paris – France

Amériques

L’ambassade américaine à Cuba reprend la délivrance de visas pour les Cubains désirant s’installer aux Etats-Unis

Published

on

Cette reprise se fait dans un contexte d’exode record vers les Etats-Unis mais sans que se dessine une normalisation des relations entre Washington et l’île communiste.

Frappée par une grave crise économique, Cuba connaît un exode migratoire sans précédent. C’est dans ce contexte que l’ambassade américaine à La Havane reprend, mercredi 4 janvier, la délivrance totale de visas pour les Cubains désirant s’installer aux Etats-Unis.

« Les Etats-Unis s’efforcent d’assurer une émigration sûre, légale et ordonnée pour les Cubains en étendant ses services consulaires à La Havane et en reprenant [les procédures] de regroupement familial », a fait savoir vendredi la représentation diplomatique américaine, dans un communiqué confirmant la reprise au 4 janvier.

L’ambassade avait annoncé en mars la réouverture de son consulat, fermé depuis 2017 en raison de supposés incidents de santé ayant touché des diplomates. Plusieurs rencontres de haut niveau sur la question migratoire ont suivie, d’abord à Washington puis à La Havane, avec l’objectif de réactiver les accords migratoires entre les deux pays interrompus sous la présidence de Donald Trump (2017-2021).

En mai, le consulat a ainsi repris de façon « limitée » la délivrance de visas pour les Cubains souhaitant émigrer, puis l’ambassade a annoncé une reprise totale des procédures, sauf visa de tourisme, pour janvier 2023.

Source link

Continue Reading

Amériques

L’exode en Espagne des derniers journalistes indépendants de Cuba

Published

on

Ils s’appellent Abraham, Luz ou Alejandro. Ils ont participé à la création des premiers sites d’information en ligne de Cuba lorsque Internet s’est développé sur l’île, il y a moins de dix ans. Ces derniers mois, les derniers journalistes indépendants qui résistaient encore au harcèlement du régime ont presque tous pris le chemin de l’exil.

(suite…)
Continue Reading

Amériques

L’ambassade américaine à Cuba va reprendre la délivrance de visas, après cinq ans d’interruption

Published

on

Le consulat américain à La Havane, fermé en 2017, avait rouvert en mars 2022 et avait repris la délivrance de visas en mai, mais de manière limitée. Cuba connaît un exode migratoire sans précédent.

L’ambassade des Etats-Unis à Cuba a annoncé mercredi 21 septembre la « reprise totale » de la délivrance de visas à partir de 2023, après presque cinq ans d’interruption. Cette annonce intervient alors que l’île connaît un exode migratoire sans précédent et qu’elle traverse sa pire crise économique en trente ans, sous les effets conjugués des conséquences de la pandémie et du renforcement des sanctions des Etats-Unis.

« Au début de 2023, l’ambassade des Etats-Unis à La Havane va relancer en totalité la délivrance des visas pour les émigrants, une première depuis 2017 », a annoncé la représentation diplomatique dans un communiqué. Fermé depuis 2017 en raison de supposées « attaques acoustiques » ayant provoqué des problèmes de santé chez des diplomates, le consulat américain avait repris la délivrance de visas en mai, mais de manière limitée.

Depuis la fermeture du consulat, l’obtention d’un visa pour les Etats-Unis était devenue pour les Cubains une course d’obstacles, avec l’obligation de passer par un pays tiers, à leurs frais, pour faire leur demande. Pour l’ambassade américaine, la reprise complète de la délivrance de visas doit permettre de « faciliter une migration sûre, ordonnée, humaine et régulière ».

Nombre de Cubains cherchent à émigrer à tout prix, certains par la mer, mais la majorité tentent de rallier les Etats-Unis par voie terrestre, via l’Amérique centrale. Selon la police des frontières américaines, 198 000 Cubains sont entrés clandestinement aux Etats-Unis au cours des onze derniers mois, un record – les deux précédentes crises migratoires avaient vu fuir 100 000 Cubains en 1980 et 45 000 autres en 1994.

Source link

Continue Reading

En ce moment