Les militants du MONR et les promoteurs de Cuba Decide rendent hommage à Laura Pollán (photo Facebook)

MIAMI, États-Unis. – Des opposants cubains ont dénoncé les arrestations et la surveillance policière de leurs maisons par des agents du ministère de l’Intérieur (MININT) pour les empêcher de commémorer la naissance de Laura Pollán, leader et fondatrice du groupe d’opposition Ladies in White.

Le coordinateur du Mouvement d’opposition pour une nouvelle république (MONR), José Díaz Silva, a informé CubaNet de l’arrestation de sept de ses militants.

«A partir de ce vendredi que nous avons commencé par une veillée, la police politique a déclenché une opération contre les délégués MONR et les promoteurs de Cuba Decide. Les répresseurs ont même ouvert la porte de la maison pour les éliminer par la force. Certains de ces patriotes avaient été convoqués verbalement et ont refusé d’assister à l’unité comme ça, c’est pourquoi ils ont été kidnappés », a déclaré Silva.

Parmi les détenus figuraient Yadira Moreno et José Alfredo, propriétaires de la maison qui sert de quartier général à San José de las Lajas, à Mayabeque.

« Les menaces étaient diverses, visant à nous empêcher de continuer à montrer des images des files d’attente et de la grave situation de faim et de misère dans laquelle nous vivons, ainsi que d’autres avertissements selon lesquels ils ne pourraient pas célébrer l’anniversaire de Laura. »

Bien que les opposants aient été libérés dans la nuit, certains ont été à nouveau convoqués pour interrogatoire et d’autres sont maintenus sous haute surveillance par des agents de la Police nationale révolutionnaire (PNR), comme Díaz Silva et son épouse Lourdes Esquivel.

«Cela se produit toujours à des dates comme celles-ci, le régime a peur de tout moment qui implique l’unité parmi les Cubains. Et aujourd’hui, ils ont empêché l’entrée de tous ceux qui sont venus, ils évitent précisément cela, que nous commémorions l’anniversaire de cette grande femme et patriote qui était notre amie Laura Pollán ».

De son côté, l’actuelle dirigeante des Dames en blanc, Berta Soler Fernández, a également mis en garde contre un siège policier de son domicile qui a duré plus de 72 heures. Le 10 février, Soler a été contraint de descendre d’un bus et arrêté par la Sûreté de l’Etat. Les agents lui ont également interdit de quitter son domicile.

«Il nous a laissé un héritage que nous suivons jour après jour: le combat pour la liberté de tous les prisonniers politiques et du peuple cubain. Il nous a appris à exiger la liberté. Il a transformé sa maison en quartier général, accueillant toutes les femmes qui sont allées se battre pour un pays libre. Très intelligent et humain. Il a donné sa vie pour nous tous, et il n’est pas mort, il vit dans le cœur des Dames en blanc et de tous les militants de Cuba », a déclaré Soler à CubaNet.

José Díaz Silva en veillée pour Laura Pollán (photo Facebook)

Dame en blanc Lourdes Esquivel en veillée par Laura Pollán (photo Facebook)

José Daniel Ferrer, coordinateur général de l’Union patriotique de Cuba (UNPACU) a également consacré quelques mots à Laura Pollán.

«Je l’ai rencontré et je sais qu’elle était une femme courageuse, qui aimait son pays et voulait pour Cuba le respect total des droits de l’homme, de la justice et de la liberté. Il a subi beaucoup de répression et n’a jamais abandonné, il s’est toujours battu avec beaucoup d’amour et de persévérance, défendant les prisonniers politiques et tous les Cubains. Son exemple nous encourage à continuer sur cette voie difficile ».

Laura Pollán Toledo s’est souvenue ce samedi à la 73e …

Traduit de l’espagnol à partir de :

Source link

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.