Connect with us

Amériques

A Cuba, un monument « Nacional » emblématique de La Havane « Hôtels particuliers » (4/5).

L’Hotel Nacional accueillit avant la révolution de 1959 des réunions de mafieux ou les frasques de J. F. Kennedy. C’est aussi dans ce palace que des diplomates et des espions américains ont été atteints, en 2017, de troubles neurologiques, dits « syndrome de La Havane ».

Published

on

A Cuba, un monument « Nacional » emblématique de La Havane « Hôtels particuliers » (4/5). L’Hotel Nacional accueillit avant la révolution de 1959 des réunions de mafieux ou les frasques de J. F. Kennedy. C’est aussi dans ce palace que des diplomates et des espions américains ont été atteints, en 2017, de troubles neurologiques, dits « syndrome de La Havane ».

En mars, le député François-Michel Lambert conduisait une délégation parlementaire française à La Havane. Quatre députés du groupe d’amitié France-Cuba pour une semaine « d’échanges fructueux avec une grande diversité d’interlocuteurs », dit le compte rendu établi au retour. Ils furent logés à l’Hotel Nacional, l’un des plus célèbres établissements de la ville.

Depuis Churchill, on ne compte plus les ministres et les présidents, les têtes couronnées et les dictateurs, les artistes ou les sportifs célèbres qui ont défilé dans ce palace classé par l’Unesco au registre de la Mémoire du monde. Le « Nacional » concentre celle de Cuba depuis 1930 dans son architecture de style « mediterranean revival », qui mêle deux tours andalouses et des gargouilles d’inspiration française, les faïences sévillanes et les arcades des missions californiennes ouvertes sur un vaste jardin tropical face à la mer.

Au bord du quartier du Vedado, que s’était choisi la bourgeoisie créole après l’indépendance de 1902, dominant la célèbre corniche du Malecón, il est devenu l’un des monuments emblématiques de la capitale cubaine. Et si d’autres ­établissements, plus modernes, ont poussé depuis, si des résidences gouvernementales sont à leur disposition ailleurs en ville, les diplomates aiment descendre dans ce cadre prestigieux, poser leurs pieds là où tant de grands personnages l’ont fait avant eux.

Un luxe inaccessible aux Cubains

Mais pour l’ex-député Lambert (ancien écologiste élu en 2017 sous l’étiquette de la majorité présidentielle), c’était un peu comme revenir à la maison. Il est né à La Havane en 1966 et a fait ses premiers pas dans le parc de l’hôtel : « Mon père était ingénieur agronome, de ceux missionnés par René Dumont [qui deviendra une figure de l’écologie politique] pour la FAO [Organisation pour l’alimentation et l’agriculture]. Que l’ONU reconnaisse le gouvernement et sa réforme agraire était important pour le nouveau régime. Il traitait les fonctionnaires en VIP et les logeait dans ce qui était disponible. Faute de tourisme international, le Nacional l’était. »

A l’époque, c’est plutôt le Habana Hilton, dans son grand cube moderniste, qui incarne la révolution de 1959. El Comandante s’y est installé et l’a rebaptisé Habana Libre. En 1966, Castro y reçoit la Conférence tricontinentale, 82 délégations du tiers-monde plus Régis Debray en jeune théoricien qui promettent d’œuvrer au grand soir. La plupart des invités séjour­nent au Habana Libre, quel­ques-uns au Nacional : « Le concile des pauvres baignait dans le luxe », ironisera Régis Debray trente ans plus tard (Loués soient nos seigneurs, Gallimard, 1996).

Source link

Continue Reading
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Amériques

Cuba appelle à l’aide pour faire face à l’incendie d’un dépôt pétrolier

Published

on

Le feu a pris vendredi soir quand la foudre a frappé l’un des réservoirs du dépôt pétrolier. Au petit matin, il s’est propagé à un deuxième réservoir.

Cuba a demandé l’aide « de pays amis » pour faire face au gigantesque incendie d’un dépôt pétrolier dans la banlieue de Matanzas, ville de 140 000 habitants à 100 kilomètres à l’est de La Havane. L’incendie s’est déclaré vendredi soir quand la foudre a frappé l’un des réservoirs du dépôt pétrolier. Au petit matin, le feu s’est ensuite propagé à un deuxième réservoir.

Au moins une personne a été tuée, 17 sont portées disparues et 121 blessées – 5 sont dans un état critique, 3 dans un état très grave et 28 sérieusement atteintes, selon un dernier bilan communiqué sur le compte Twitter de la présidence.

Parmi les blessés figure le ministre de l’énergie, Livan Arronte. Les disparus sont des pompiers « qui se trouvaient dans la zone la plus proche de l’incendie » lorsqu’une explosion a eu lieu. Quelque 1 900 personnes ont été évacuées de la zone sinistrée.

Elier Pila, météorologue cubain, a publié des images satellites de la zone, sur lesquelles se distingue un dense panache de fumée noire se déplaçant du point de l’incendie vers l’ouest et atteignant l’est de La Havane. « Ce panache peut atteindre près de 150 kilomètres de long », a écrit M. Pila sur son compte Twitter.

Source link

Continue Reading

Amériques

Cuba : l’incendie d’un dépôt pétrolier toujours hors de contrôle

Published

on

Le sinistre a débuté vendredi soir quand la foudre a frappé un des huit réservoirs du dépôt situé à Matanzas, à 100 km à l’est de La Havane, qui contenait 26 000 mètres cubes de pétrole brut. Depuis l’incendie s’est propagé aux autres cuves.

L’incendie qui s’est déclaré vendredi dans un dépôt pétrolier à Cuba est toujours hors de contrôle et les autorités ont annoncé lundi 8 août que le feu avait détruit un troisième réservoir et en menace un quatrième. Alexander Avalos Jorge, un responsable au sein du corps des pompiers de Cuba, a indiqué aux journalistes que « les quatre réservoirs » de 50 millions de litres chacun situés dans une base de stockage « ont été compromis ». « Cela a été une réaction en chaîne », a-t-il déclaré.

Le départ de l’incendie est estimé à un impact de foudre vendredi soir sur un des huit réservoirs de dépôt qui contenait 26 000 mètres cubes de pétrole brut, soit environ 50 % de sa capacité maximale. Rongée par le feu, la structure cylindrique a explosé au petit matin samedi, propageant les flammes à un deuxième réservoir contenant 52 000 mètres cubes de mazout.

Malgré les soldats du feu juchés sur des grues et des hélicoptères effectuant de multiples largages d’eau, ce second réservoir s’est à son tour déchiré après une explosion dimanche à minuit, forçant une évacuation des secours.

« Et ce que nous redoutions est arrivé » avec l’incendie et la destruction d’un troisième réservoir contenant du pétrole brut, a déclaré lundi le gouverneur de Matanzas, Mario Sabines, dans une vidéo publiée sur le compte Twitter de la présidence, avant de voir le feu se propager à un quatrième réservoir.

Source link

Continue Reading

Amériques

Cuba : la violente explosion d’un dépôt de pétrole fait courir des risques sanitaires et économiques

Published

on

vidéo Vendredi 5 août, la foudre s’est abattue sur un dépôt de pétrole à Matanzas, à Cuba. Après cinq jours de lutte acharnée, le feu a été maîtrisé, mais les risques sanitaires sont importants en raison de l’épaisse fumée qui s’est échappée. La population craint également les conséquences économiques.

Le masque est de nouveau de rigueur à Cuba, dans la région côtière de Matanzas. Il ne s’agit pas de se prémunir contre une reprise épidémique du Covid-19 mais de se protéger contre les dangers de l’épaisse fumée qui s’est échappée d’un dépôt de pétrole sur lequel la foudre s’est abattue le 5 août. Un important incendie a détruit quatre des huit réservoirs du dépôt. Ce dernier fournissait une importante partie du pays en carburant, souligne Daleis Macias, résident de la ville de 140 000 habitants.

« Tout va devenir plus difficile », s’inquiète Yania Calera, une habitante de Matanzas. Avant même cet incendie majeur, l’île subissait déjà régulièrement des pénuries de carburant et des coupures d’électricité. Les milliers de litres de pétrole perdus font peser un risque important sur l’économie fragile du pays.

Source link

Continue Reading

En ce moment