Le poète et écrivain Raul Rivero condamné à 20 ans de prison

« On lui a donné 20 ans de prison, c’est comme si on l’avait condamné à perpétuité, Raul a 57 ans et beaucoup de problèmes de santé » a déclaré son épouse Blanca Reyes, à la sortie du tribunal provincial de La Havane où le verdict a été prononcé. Raul Rivero et sept autres dissidents sont parmi les premiers de quelque 80 opposants arrêtés à se voir notifier leur sentence. Ils peuvent faire appel durant les prochaines 72 heures.

Les autorités judiciaires ont requis de lourdes peines, dont la réclusion à perpétuité pour 12 des opposants — dont l’une des principales figures de la dissidence cubaine, et seule femme, l’économiste Marta Beatriz Roque — et des peines de prison de 10 à 35 ans pour les autres.
D’autres sentences ont commencé à tomber lundi dont celle du leader de la dissidence, Hector Palacios, 62 ans, un des promoteur du projet Varela, une initiative réclamant un référendum en vue de réformes démocratiques, qui a été condamné lundi à 25 ans de prison, a indiqué son épouse.

Les autorités judiciaires cubaines avaient requis à son encontre la prison à perpétuité de même que contre Oscar Alfonso Valdés et Ricardo González Alfonso qui ont été condamnés respectivement lundi à 18 et 20 ans de prison. Parmi les autres sentences prononcées lundi figurent celles de l’économiste Oscar Espinosa Chepe, condamné à 20 ans de prison de même qu’Héctor Maseda Gutiérrez. Deux autres militants d’un groupe de défense des droits de l’homme, Marcelo López et Marcelo Cano, ont reçu des peines de 18 et 15 ans de prison.

Le procès de Raul Rivero, représentant de la Société Interamericaine de Presse (SIP) à Cuba, et président de l’organisation de journalistes indépendants « Manuel Marquez Stirling », et celui des autres dissidents ont suscité des critiques de la part de plusieurs pays et d’organisations internationales. Les opposants ont été arrêtés lors d’une des plus dures vagues de répression de ces dernières années.

Ils sont accusés de tentatives de « complot » menées par le représentant américain à La Havane et sont poursuivis notamment en vertu de la loi 88 sur « la défense de l’indépendance nationale » datant de 1999 qui, jusqu’à présent, n’avait pas été invoquée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.