skip to Main Content

La fête à Miami et Castro au Chili…

Le Lider maximo cubain est gravement malade et la municipalité de Miami est déjà en train d’organiser la grande fête qu’elle compte faire quand Fidel Castro mourra…

Au début du mois, une commission a été mise sur pied, officiellement chargée de « discuter d’une cérémonie à l’Orange Bowl en cas de survenue d’événements attendus à Cuba ».

Cela fait certes fort longtemps que la ville des anticastristes se prépare à la mort de Castro, mais les préparatifs se sont accélérés depuis que le maître de La Havane est tombé malade l’été dernier et a cédé, certes provisoirement, les commandes à son frère Raul.

Par ailleurs, Castro ou sa famille pourrait être tenté par un exil au Chili, en cas de changement brutal de la situation. Le journal chilien El Mercurio, se référant à des propos tenus par Delfin Fernandez, ancien agent des services secrets cubains connu sous le nom d’Otto, écrit que la famille de Castro pourrait envisager un exil au Chili en cas de changement politique. Selon Delfin Fernandez, l’évacuation de la famille Castro se préparerait en secret.

« Depuis six ans, a-t-il précisé, les services secrets cubains mettent au point une opération destinée à assurer le départ en urgence des membres de la famille de Fidel Castro et de son frère Raoul ».

L’ancien agent secret ne cite aucun nom mais affirme que des proches parents du chef de l’Etat cubain seraient déjà installés au Chili. Il a déclaré au journal El Mercurio que le fils aîné de Fidel Castro s’était rendu au Chili la semaine précédente et y avait rencontré des membres de sa famille.

« La famille Castro a toujours considéré le Chili comme une destination possible en cas de changement brutal de la situation politique à Cuba, peut-on lire dans El Mercurio. Il est vrai que des modifications ont été envisagées du temps d’Augusto Pinochet et qu’une installation en Argentine n’était pas exclue. » L’article ne précise pas si un siège de sénateur à vie lui a été aussi réservé…

Selon l’ancien agent secret, en cas de départ précipité, certains membres de la famille Castro pourraient se fixer en Espagne. De nombreux biens immobiliers ont déjà été achetés à leur nom et ils ont la nationalité espagnole, précise le journal.

Un exil de Castro de son vivant permettrait d’envisager un éventuel jugement, comme dans le cas de Pinochet.
De très nombreux témoignages ont permis d’établir que la torture a été pratiquée massivement à Cuba, et continue de l’être. Selon l’organisation CubaArchive.org, le castrisme aurait fait 9.240 victimes à Cuba.

María C. Werlau et le directeur de recherches de cette organisation, Armando Lago, économiste, estiment que jusqu’à 77.000 Cubains peuvent avoir perdu la vie en tentant de s’échapper de l’île.

María C. Werlau, qui a vécu au Chili pendant la dictature de Pinochet, a personnellement vu comment la conscience internationale des atrocités en matière de droits de l’homme a aidé le Chili à reconstituer sa démocratie. « Le régime de Castro a exécuté davantage de gens durant seulement ses trois premières années, que le régime de Pinochet a fait de tués ou « disparus » durant toutes ses 17 années de pouvoir » précise Werlau.

« Mais les victimes de Castro qui sont souvent plus nombreuses– et qui incluent non seulement des adversaires politiques mais aussi des familles complètes assassinées pour avoir essayé de s’enfuir — sont encore inconnues, ignorées ou oubliées. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top