Georges Bush optimiste pour Cuba

Le président George W. Bush a déclaré que le communisme ne survivrait pas à la mort de Fidel Castro, en préalable à un voyage en Amérique latine. Il s’est envolé jeudi pour cette région pour dire aux dirigeants des pays latino américains que leur intérêt est dans la démocratie, le libre échange et la coopération avec les Etats-Unis, et pour les détourner des « fausses promesses » du populisme.

« Il y a beaucoup de fausses promesses aujourd’hui » en Amérique latine, a dit le conseiller de M. Bush à la sécurité nationale, Stephen Hadley, faisant clairement référence au président vénézuélien Hugo Chavez, considéré acomme hostile par les Etats-Unis, mais pas seulement à lui.

Après Cuba, le Venezuela et la Bolivie, les Etats-Unis ont vu avec inquiétude se renforcer en 2006, avec les présidentielles en Equateur et au Nicaragua (retour de Daniel Ortega au pouvoir), le camp de ceux qui, dans le sillage de M. Chavez, contestent ce qu’ils considèrent comme l’impérialisme américain.

Face aux « fausses promesses », M. Bush a annoncé des mesures concrètes, comme l’envoi en juin d’un navire militaire médical pour soigner des dizaines de milliers de pauvres sud-américains, ainsi que des initiatives en direction des jeunes et des défavorisés pour les aider à apprendre l’anglais et accéder à un logement décent.

M. Bush consacrera aussi une partie de son programme à l’énergie. Il devrait signer au Brésil, l’autre grand producteur d’éthanol avec les Etats-Unis, un accord pour favoriser la production et la consommation de ce carburant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.