L'ancien général Chavista Hugo Carvajal sera extradé d'Espagne vers les Etats-Unis

Hugo Carvajal Estados Unidos extradición

Hugo Carvajal en 2016 (Photo: AP)

MIAMI, Etats-Unis.- L'ancien général vénézuélien Hugo Armando Carvajal, qui dirigeait le contre-espionnage vénézuélien pendant le mandat d'Hugo Chávez et avec le dictateur actuel, Nicolás Maduro, sera extradé aux États-Unis pour crimes commis au cours du trafic de drogue. La justice espagnole autorisera ce vendredi, a rapporté l'agence de presse EFE.

Selon la note, en septembre, le tribunal national espagnol avait rejeté la demande, estimant que les États-Unis l'avaient demandé «pour des raisons politiques». Toutefois, le procureur a fait appel de cette première décision et le tribunal dans son ensemble a décidé d'accepter l'extradition.

À l'âge de 59 ans, Carvajal a été arrêté en Espagne le 12 avril en réponse à un mandat d'arrêt lancé aux États-Unis pour avoir prétendu avoir "inondé" le pays avec des tonnes de cocaïne qu'il aurait introduite sur son territoire avec l'aide de le dôme des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

«Je ne fais pas confiance à la justice américaine, le seul fait qu'ils aient fait ce qu'ils m'ont fait est une raison suffisante. Je n'aurai aucun droit de défense ni de défense des preuves », avait déclaré Carvajal devant le tribunal espagnol en septembre.

L'ancien chef du contre-espionnage vénézuélien prétend désormais suivre le leader de l'opposition, Juan Guaidó (reconnu par de nombreux pays comme président en charge du Venezuela), et se sentirait persécuté tant par les États-Unis que par le Venezuela par Nicolás Maduro. "Je le connais assez et je sais de quoi il est capable", indique le message.

Initialement, la Cour nationale «a rejeté l’extradition parce que les États-Unis n’étaient fondées que sur un affidavit d’un membre de la US Drug Enforcement Agency (DEA) qui accusait Carvajal d’avoir agi de manière ouverte, abstraite et non crédité», et aussi parce que le tribunal espagnol a également vu des motivations politiques dans la demande de livraison, "dans le cadre de la stratégie politique des États-Unis concernant le Venezuela".

Le gouvernement des États-Unis attribue à Carvajal les crimes de "narcoterrorisme" comme faisant partie d'une "stratégie dirigée par la présidence de la République" du Venezuela, avec la coopération des FARC, visant à introduire "de grandes quantités de cocaïne" aux États-Unis. .

Recevez les informations de Cubanet sur votre téléphone via Telegram ou WhatsApp. Envoyez-nous un message avec le mot “CUBA” au +1 (786) 498 0236 et abonnez-vous à notre Newsletter en cliquant ici.

Traduit de l’espagnol à partir de :

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.