Brigade médicale cubaine (Photo: EFE)

MIAMI, Etats-Unis.- Certains des médecins cubains arrivés au Mexique ces derniers mois travaillent dans des hôpitaux militaires du pays aztèque, a reconnu ce jeudi Andrés Manuel López Obrador, président de ce pays.

Selon une note de Radio Televisión Martí, lors de sa conférence de presse matinale habituelle au Palais national, AMLO « a remercié la dictature communiste d’avoir envoyé environ 500 médecins et infirmières pour faire face à la pandémie COVID-19 ».

De même, le président a souligné que les médecins et les infirmières de l’île qui aident à sauver des vies au Mexique effectuent leur travail avec l’aide de la marine et des forces armées.

Les 500 médecins cubains arrivés dans le pays aztèque à la mi-décembre ont été embauchés, selon la secrétaire à la Santé, Oliva López, pour environ trois mois « ou quelque chose de similaire ».

«Ils travailleront dans divers hôpitaux de la ville, non seulement dans le réseau des services de santé de Mexico, mais dans le secteur dans son ensemble. En tant que Secrétariat de la santé de la ville, nous avons embauché plus de 2 000 agents de santé, nous allons donc voir où ils sont nécessaires, là où il y a plus de besoins, et là ils seront distribués », a-t-il dit.

Bien que les détails de ce contrat n’aient pas été dévoilés, en mai dernier, par les 585 ingénieurs biomédicaux, épidémiologistes, médecins spécialistes, médecins généralistes et infirmières cubaines embauchés, l’Instituto de Salud para el Bienestar de México (INSABI) et le gouvernement de ce pays a payé au régime de La Havane 135 millions de pesos mexicains (environ 6 255 790 dollars).

Bien que le gouvernement Castro n’ait jamais publié ce qui est payé pour chaque médecin qu’il envoie à l’étranger en «mission internationaliste», comme ils l’appellent, certains contrats ont vu le jour. Plusieurs professionnels qui ont même abandonné ces projets du régime ont dénoncé le traitement qu’ils reçoivent et les limitations auxquelles ils sont soumis.

Le gouvernement cubain conserve 75% des salaires que les pays bénéficiaires versent mensuellement aux médecins cubains. De même, certains professionnels ont dénoncé que leur passeport leur était confisqué et qu’ils ne sont pas autorisés à se déplacer librement dans les lieux auxquels ils sont affectés.

Plusieurs organisations internationales ont dénoncé ce comportement de la dictature de Castro à différentes occasions et ont défini les «missions» comme de nouvelles formes d’esclavage au XXIe siècle.

Recevez des informations sur CubaNet sur votre téléphone portable via WhatsApp. Envoyez-nous un message avec le mot «CUBA» au +1 (786) 316-2072, vous pouvez également vous abonner à notre newsletter électronique en cliquant ici.

Cuban News – Presse indépendante depuis 1994

Traduit de l’espagnol à partir de :

Source link

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.