Roberto Quiñones (Photo: Capture d’écran / YouTube)

MIAMI, États-Unis. – La Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a publié mardi une mesure de précaution en faveur de l’avocat et journaliste indépendant Roberto de Jesús Quiñones Haces, qui a purgé deux fois l’emprisonnement politique à Cuba.

«Après avoir analysé les allégations de fait et de droit présentées par les requérants, la Commission considère que les informations présentées montrent à première vue que M. Roberto de Jesús Quiñones Haces se trouve dans une situation grave et urgente, car ses droits à la vie et à l’intégrité personnelle sont à risque grave », déclare la résolution 24-2021 de la CIDH.

Compte tenu de cette circonstance, l’agence, protégée par l’article 25 de son règlement, a demandé au régime de l’île « d’adopter les mesures nécessaires pour protéger les droits à la vie et à l’intégrité personnelle » du journaliste.

Selon la résolution, les autorités de l’île « doivent lui permettre de continuer à exercer ses fonctions de journaliste sans faire l’objet de menaces, de harcèlement ou d’actes de violence dans l’exercice de ces fonctions ».

De même, la CIDH a appelé La Havane à éviter « les événements qui ont donné lieu à l’adoption de cette mesure de précaution et ainsi éviter leur répétition ».

La demande de mesure de précaution en faveur de Quiñones avait été adressée à la CIDH le 29 avril 2020 par l’intermédiaire de deux organisations: The Global Liberty Alliance et Legal Defence Fund.

«Les 18 juin et 16 juillet 2020, la Commission a demandé des informations à l’État, conformément à l’article 25 de son règlement intérieur. À ce jour, la réponse de l’État n’a pas été reçue. De leur côté, les candidats ont fourni des informations complémentaires plus récemment le 16 février 2021 », explique le document.

Il est à noter qu’après sa libération de la prison provinciale de Guantánamo le 4 septembre 2020, Quiñones a été la cible de surveillance, de harcèlement et de menaces. Entre les mois de septembre et décembre 2020, il a reçu à au moins quatre reprises des appels de menaces de la part de personnes ne s’identifiant pas ou d’un agent de l’État.

«Les menaces indiqueraient qu’à« tout moment »il pourrait être battu ou écrasé dans la rue s’il continue de dénoncer la situation dans la prison provinciale de Guantánamo; et s’il continuait à écrire pour CubaNet et à offrir des interviews, il retournerait en prison. De la part d’un agent de l’État, il aurait été menacé de nouvelle arrestation s’il avait quitté Guantánamo et même son domicile », souligne la résolution.

Recevez des informations sur CubaNet sur votre téléphone portable via WhatsApp. Envoyez-nous un message avec le mot «CUBA» au +1 (786) 316-2072, vous pouvez également vous abonner à notre newsletter électronique en cliquant ici.

Cuba News – Presse indépendante depuis 1994

Traduit de l’espagnol à partir de :

Source link

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.