Connect with us

Amériques

A Cuba, le référendum sur le mariage homosexuel divise la société et pose un dilemme à l’opposition

Published

on

La crainte que le vote ne soit utilisé par le régime pour améliorer son image pousse des militants LGBT à préférer l’abstention.

Contribuer à l’avancée des droits de la communauté LGBT, longtemps stigmatisée, au risque de renforcer politiquement le régime de Miguel Diaz-Canel, responsable de l’emprisonnement d’un millier de personnes après les manifestations contre les pénuries et le manque de liberté de juillet 2021. C’est le dilemme auquel sont confrontés de nombreux Cubains à la veille du référendum sur le code de la famille.

Plus de huit millions de personnes sont invitées à se prononcer, dimanche 25 septembre. Le texte, qui vise à remplacer le code de la famille, datant de 1975, légalise le mariage entre personnes du même sexe, l’adoption pour les couples homosexuels ou encore la « gestation solidaire », pour autrui. Initialement prévu pour être inclus dans la réforme de la Constitution votée début 2019, il en a été extrait du fait de la controverse qu’il soulevait. Vingt-quatre versions ont été rédigées avant que la dernière ne soit approuvée en juillet par l’Assemblée. Sa validation définitive dépend du résultat du référendum. Or, l’issue du vote est d’autant plus incertaine qu’à l’opposition de l’Eglise et des milieux conservateurs s’ajoute celle de nombreux dissidents progressistes.

« Je n’irai pas voter : je ferai une abstention réfléchie, tranche l’opposant social-démocrate Manuel Cuesta Morua, joint par téléphone. Je défends depuis longtemps les droits des minorités, y compris LGBT, mais voter pour ce référendum, alors que les droits civils de l’ensemble de la population sont bafoués, serait non seulement une manière de rafraîchir l’image démocratique d’un régime qui dans les faits ne l’est pas, mais aussi l’aider à asseoir une légitimité politique qu’il n’a pas. »

Dans les différents milieux de l’opposition au régime cubain, le débat est vif. « Nous ne votons pas oui avec le PCC [Parti communiste cubain]. C’est le PCC qui vote oui avec nous », résume sur Twitter Maykel Gonzalez Vivero, journaliste et directeur de la revue en ligne Tremenda Nota, consacrée à la communauté LGBT. Ses nombreux passages en prison ces dernières années, pour avoir informé des troubles sociaux à La Havane, ne l’empêcheront pas de participer au référendum.

Source link

Continue Reading
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Amériques

L’exode en Espagne des derniers journalistes indépendants de Cuba

Published

on

Ils s’appellent Abraham, Luz ou Alejandro. Ils ont participé à la création des premiers sites d’information en ligne de Cuba lorsque Internet s’est développé sur l’île, il y a moins de dix ans. Ces derniers mois, les derniers journalistes indépendants qui résistaient encore au harcèlement du régime ont presque tous pris le chemin de l’exil.

(suite…)
Continue Reading

Amériques

L’ambassade américaine à Cuba va reprendre la délivrance de visas, après cinq ans d’interruption

Published

on

Le consulat américain à La Havane, fermé en 2017, avait rouvert en mars 2022 et avait repris la délivrance de visas en mai, mais de manière limitée. Cuba connaît un exode migratoire sans précédent.

L’ambassade des Etats-Unis à Cuba a annoncé mercredi 21 septembre la « reprise totale » de la délivrance de visas à partir de 2023, après presque cinq ans d’interruption. Cette annonce intervient alors que l’île connaît un exode migratoire sans précédent et qu’elle traverse sa pire crise économique en trente ans, sous les effets conjugués des conséquences de la pandémie et du renforcement des sanctions des Etats-Unis.

« Au début de 2023, l’ambassade des Etats-Unis à La Havane va relancer en totalité la délivrance des visas pour les émigrants, une première depuis 2017 », a annoncé la représentation diplomatique dans un communiqué. Fermé depuis 2017 en raison de supposées « attaques acoustiques » ayant provoqué des problèmes de santé chez des diplomates, le consulat américain avait repris la délivrance de visas en mai, mais de manière limitée.

Depuis la fermeture du consulat, l’obtention d’un visa pour les Etats-Unis était devenue pour les Cubains une course d’obstacles, avec l’obligation de passer par un pays tiers, à leurs frais, pour faire leur demande. Pour l’ambassade américaine, la reprise complète de la délivrance de visas doit permettre de « faciliter une migration sûre, ordonnée, humaine et régulière ».

Nombre de Cubains cherchent à émigrer à tout prix, certains par la mer, mais la majorité tentent de rallier les Etats-Unis par voie terrestre, via l’Amérique centrale. Selon la police des frontières américaines, 198 000 Cubains sont entrés clandestinement aux Etats-Unis au cours des onze derniers mois, un record – les deux précédentes crises migratoires avaient vu fuir 100 000 Cubains en 1980 et 45 000 autres en 1994.

Source link

Continue Reading

Amériques

Le Guatemala intercepte 400 migrants en provenance du Venezuela, de Cuba et d’Haïti

Published

on

Les migrants, dont des enfants et des femmes enceintes, ont été interceptés par la police au poste-frontière de Corinto, selon la porte-parole de l’Institut guatémaltèque des migrations.

Les autorités guatémaltèques ont arrêté, samedi 24 septembre, quelque 400 migrants à la frontière avec le Honduras, des citoyens du Venezuela, de Cuba et d’Haïti pour la plupart d’entre eux, qui tentaient de rejoindre les Etats-Unis, selon Alejandra Mena, porte-parole de l’Institut guatémaltèque des migrations (IGM).

Les migrants, dont des enfants et des femmes enceintes, ont été interceptés par la police au poste-frontière de Corinto, dans le département d’Izabal, à l’est du pays, a-t-elle ajouté, précisant :

« Ce sont pour la plupart des personnes de nationalité vénézuélienne, haïtienne et cubaine. Les mineurs et les femmes enceintes bénéficient d’une attention prioritaire. »

Le gouvernement a activé un protocole de prise en charge des migrants après les avoir localisés, car, selon l’IGM, un autre groupe important pourrait entrer de la même manière sur le territoire guatémaltèque depuis le Honduras dans les prochaines heures.

Source link

Continue Reading

En ce moment