Ricardo González Alfonso journaliste de l’année

Le jury du prix Reporters sans frontières a désigné le Cubain Ricardo González Alfonso « journaliste de l’année 2008 » pour sa contribution à la survie d’une presse indépendante dans l’île. Après avoir osé concurrencer le monopole de l’État sur l’information, Ricardo González Alfonso a été arrêté, le 18 mars 2003, avec 26 autres journalistes dissidents, lors de la vague répressive dite du « Printemps noir ». Accusé d’être « à la solde des Etats-Unis » et d’avoir « attenté à l’indépendance et à l’intégrité territoriale de Cuba », il a été condamné à vingt ans de prison. Il est détenu depuis la fin de l’année 2004 à la prison du Combinado del Este, à La Havane, malgré un état de santé fragile.

Chaque année RSF désigne le journaliste de l’année qui, par son activité professionnelle, ses prises de position ou son attitude, a su témoigner de son attachement à la liberté de l’information.
Le lauréat 2008 est Ricardo González Alfonso, ancien journaliste de la télévision officielle, où il s’occupait des émissions pour enfants. Ricardo González, né en 1950, a rejoint en 1995 l’agence indépendante Cuba Press. Correspondant de Reporters sans frontières à partir de 1998, il fonde en mai 2001 la société Manuel Márquez Sterling avec son ami Raúl Rivero pour former les journalistes indépendants, souvent autodidactes. En décembre 2002, il se lance avec ses collègues dans la publication du bimensuel De Cuba, tiré pour sa première édition à 200 exemplaires. La revue aborde des sujets ignorés par la presse officielle, tels que le racisme à Cuba ou le projet Varela, une campagne ayant recueilli plus de 11 000 signatures sur l’île pour réclamer des changements démocratiques par la voie légale.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.